Aller au contenu principal

Quand les plantes prennent la voie du net

Le confinement a engendré un formidable développement de la vente en ligne, comme en témoignent plusieurs professionnels lors d’une table ronde, lundi 14 septembre.

Pour Marie Levaux, présidente de la FNPHP, les professionnels du végétal ont tout intérêt à  s’intéresser de près au commerce et conseil en ligne : « le digital est un outil qui permet de renforcer les rapports humains dans nos métiers ».
Pour Marie Levaux, présidente de la FNPHP, les professionnels du végétal ont tout intérêt à s’intéresser de près au commerce et conseil en ligne : « le digital est un outil qui permet de renforcer les rapports humains dans nos métiers ».
© AA

Avec le confinement, beaucoup de Français se sont tournés vers les achats de végétaux en ligne. Mais pour cela, les entreprises ont dû s’adapter à cette situation totalement inédite.  à l’annonce du confinement,
« on avait deux seuls canaux de distribution ouverts, internet et la grande distribution, rappelait lundi, lors du Salon du végétal digitalisé, Mickaël Mercier, président de l’interprofession Val’hor. Avant la crise, internet représentait entre 1 et 2 % et la grande distribution, 15 % ».


Retours d’expérience contrastés
Les ventes en ligne ont largement bénéficié de la crise. «  En 24 heures, les ventes ont explosé. Nos chiffres ont été multipliés par 3, et cela s’est maintenu pendant 3 mois », explique Adrien Moreau, responsable des achats de l’entreprise Promesse de fleurs implantée dans le département du Nord.
Et après ? L’engouement ne s’est pas démenti. «  Nous sommes restés sur des chiffres d’affaires deux fois supérieurs à ceux d’avant le confinement ». Le site a reçu plus de 2 millions de visiteurs par mois. L’entreprise a recruté entre 30 000 et 35 000 nouveaux clients. Promesse de fleurs a la particularité d’être une entreprise “pure player”, qui réalise tout son chiffre d’affaires en ligne. Répondre à ce surcroît de commandes ne lui a pas particulièrement posé de problème.


En revanche, pour les entreprises moins présentes sur le web, commercialiser en digital peut représenter une vraie révolution. C’est le cas de Marie Levaux, directrice des établissements horticoles du Cannebeth (Hérault) et présidente de la FNPHP : « on avait un outil de vente par correspondance, très discret, pour valoriser nos collections botaniques.... Quand le confinement est arrivé, on a changé de métier pendant quelques semaines, on s’est cru chez Amazon, dans des proportions très différentes ! On a découvert un métier qu’on ne connaissait pas ». La tendance se confirme, dans des proportions moindres bien sûr, depuis.


Pascal Renaud, gérant des pépinières Giquiaud en Loire-Atlantique, s’est lui aussi trouvé confronté à « une augmentation sans commune mesure des ventes en ligne », passant de 20 à 30 commandes/jour à 400 commandes jour, pendant 15 jours. L’entreprise a été confrontée à plusieurs problèmes : l’arrêt d’un transporteur et le système informatique de l’entreprise insuffisamment dimensionné pour de tels volumes. « Il y a eu beaucoup d’insatisfaction client, on a du mal à le vivre », témoigne le professionnel. Mais l’expérience a contribué à faire connaître son site en local.


Durant cette période, des freins ont été levés. Les consommateurs se rendant compte que, dans leur grande majorité, les plantes voyageaient bien, hésitent moins qu’avant à en commander sur le web.  Et la marge de progression est large : aujourd’hui, précise Adrien Moreau, on estime que moins de 5 % des plantes vendues en France le sont sur internet, « alors que tous les autres commerces liés au loisirs sont à 15-20 % de ventes sur le net ».
Un développement à réfléchir en tenant compte des enjeux environnementaux et d’empreinte carbone des produits.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Bientôt du konjac made in Anjou ?
Créer une filière de konjac 100 % français. C’est le défi que relève la SAS Plant innovation R&D basée à Angers.
La Confédération Paysanne a-t-elle encore sa place dans les instances représentatives départementales ?

Lundi 22 novembre, lors de la session Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, la Confédération Paysanne a confirmé son…

veaux de boucherie
Soigner les veaux pour obtenir une viande de qualité
Le GIE Les Vitelliers a organisé, fin octobre, une visite de l’élevage de veaux de boucherie de Marie Bossoreille à Montreuil-…
Une vache du Maine-et-Loire championne régionale
Le Régional prim’holstein se tenait vendredi et samedi derniers à Château-Gontier. Un concours de grande qualité qui a vu le…
Les retraites, un combat permanent
Plus de 150 aînés de la FDSEA de Maine-et-Loire  se sont retrouvés en assemblée générale à Saint-Quentin en Mauges (Montrevault-…
Porci Mauges pousse les murs de son outil d’abattage
A Beaupréau, l’abattoir Porci Mauges s’agrandit et améliore ses outils de travail pour répondre à une demande croissante.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois