Aller au contenu principal

Quand transition agroécologique rime avec numérique

Les acteurs de la transition agricole s’impliquent pleinement dans les médias sociaux en proposant de nombreux contenus.

© AA

Plus personne n’en doute, les outils numériques sont de formidables vecteurs de communication et d’information. Les acteurs de la transition agroécologique l’ont bien intégré, puisqu’ils sont nombreux à s’être lancés sur ces canaux, notamment sur Youtube.
C’est le cas de VerdeTerreProduction et de Maraichage Sol Vivant, présidés par Vincent Levavasseur, maraîcher en Normandie. « Le principe, c’est d’utiliser les outils numériques au service du partage d’informations autour du vivant. C’est une auto-formation », détaille Vincent Levavasseur. Ainsi, des milliers de vidéos sont disponibles sur Youtube sur les chaines éponymes. « On a vu que sur le terrain il y avait peu de regroupement de compétences autour de la vie du sol, de l’agriculture de conservation... Nos réseaux permettent de fédérer des acteurs intéressés par ces démarches, et de faire intervenir des experts ». Les vidéos de Maraîchage Sol Vivant cumulent plus de 2,5 millions de vues, et VerDeTerreProduction plus de 4,5 millions, en faisant « le leader de contenu agroécologique en opensource en France ». De nombreux acteurs du monde agricole ont ainsi pu s’autoformer grâce à des vidéos aux formats variés, allant d’une dizaine de minutes à plus de 5 heures. Les membres de ces réseaux ont souhaité aller plus loin, avec des rencontres et la création de nombreuses formations, à la fois digitales et présentielles. Internet a donc mis en relation les membres pilotes de ces réseaux, pionniers dans leurs domaines en agroécologie. « Pour réussir la transition agricole, il va falloir former des millions de personnes, et également sensibiliser le consommateur. Et seul le numérique nous permet de réaliser une telle massification de l’information », détaille Vincent Levavasseur. Et l’activité de ces chaînes Youtube est florissante, avec une augmentation constante de la fréquentation. Mais le maraîcher n’oublie pas ce qui est au cœur des métiers du vivant : « il faut que les outils informatiques conservent les liens sociaux entre nous ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois