Aller au contenu principal

Rajeunir le vêlage pour une carrière plus longue

Lors de l’assemblée générale du syndicat normand, l’accent a été mis sur la réduction de l’âge de vêlage. Un bon moyen d’augmenter la longévité des vaches.

Thierry Gallet, éleveur de normandes à Lasse, dans le Baugeois.
Thierry Gallet, éleveur de normandes à Lasse, dans le Baugeois.
© AA

Réduire l’âge du premier vêlage, c’est le pari qu’a fait Thierry Gallet, de l’EARL Parigné, à Lasse, dans le Baugeois. À l’occasion de l’assemblée générale annuelle du syndicat normand du Maine-et-Loire, qui se tenait mercredi 1er juin à Lasse, l’exploitant a présenté son exploitation. Si pour l’instant l’âge moyen de vêlage de la race normande est de 33,8 mois, Thierry Gallet était, quant à lui, à un âge moyen de 36 mois sur son exploitation qui compte 55 vaches et 80 génisses. Depuis le mois de septembre, il a décidé de le réduire pour atteindre 28 à 29 mois. « Pour certaines bêtes on pourrait même aller jusqu’à 26 mois », confie Joseph Lambert, président du syndicat normand Maine-et-Loire.

Un gain de 35 à 40 € par tête et par mois

En rajeunissant l’âge du vêlage, Thierry Gallet espère pouvoir offrir à ses bêtes une « carrière plus longue ». En effet, si l’on estime le coût d’une vache à 1 € par jour, l’avancement de la date de vêlage permettrait à l’éleveur de pouvoir rentabiliser plus vite le renouvellement de l’exploitation et ainsi obtenir un gain fi nancier de 35 à 40 € par tête et par mois. « Cela devrait nous aider à mieux passer la crise », explique Joseph Lambert.

Retrouver l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 10 juin 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Des petites graines et une grande aventure
A 35 ans, François Boissinot est installé depuis le 1er juillet. Il a repris une ferme de 35 hectares au Lion-d’Angers. Il y…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Les plantes médicinales ont besoin de bras
L'été est une période d'intense activité à l'entreprise Promoplantes à Chanzeaux. Avec de gros besoins en main-d'œuvre, pour la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités