Aller au contenu principal

Fruits
Recherches pour accélérer la sélection des fruits

L’Inra Angers-Nantes pilote un nouveau programme européen.

François Laurens, chercheur et coordinateur du projet Fruits Breedomics. Avec ce nouveau programme, Angers confirme sa place d’unité de référence au niveau mondial sur le pommier.
François Laurens, chercheur et coordinateur du projet Fruits Breedomics. Avec ce nouveau programme, Angers confirme sa place d’unité de référence au niveau mondial sur le pommier.
© AA

Un nouveau programme de recherche européen, portant sur la pomme et la pêche, vient de démarrer au 1er mars. Il est coordonné par le
chercheur angevin François Laurens : “L’objectif de Fruits Breedomics est d’améliorer l’efficacité de la sélection des arbres fruitiers, en comblant le vide entre la recherche scientifique en génétique et les applications potentielles en sélection de nouvelles variétés”, explique-t-il.
Le projet va s’appuyer, entre autres, sur la connaissance du génome du pommier, dont le séquençage a été publié l’été dernier. Grâce à la génomique, la durée de sélection des nouvelles variétés devrait, à l’avenir, être raccourcie (il faut rappeler que le croisement de la pomme Ariane, lancée en 2003, avait été réalisé en… 1979). Il sera possible, en effet, de sélectionner, dès le premier stade de végétation, des gènes de résistance aux parasites ou de qualité (non farinosité, jutosité…), sans attendre que l’arbre porte ses fruits. Les chercheurs vont bénéficier du matériel végétal très riche de l’Inra d’Angers, une collection de 1 500 variétés de pommiers.
Breedomics s’inscrit dans le prolongement des projets Dare, sur la résistance aux maladies, Hidras et Isafruit, sur la qualité des fruits. D’une durée de 4 ans et demi et doté d’un budget de 10 millions d’euros (dont 6 millions de fonds européens), il rassemble 18 instituts de recherche, en Europe mais aussi en Israël, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande et Chine. Il associe cinq pépiniéristes (dont les Pépinières du Valois et Davodeau-Ligonnière). Les avancées du projet seront également diffusées auprès d’un expert issu de la profession arboricole.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités