Aller au contenu principal

Magazine
Regard sur 60 ans d’agriculture

Le Musée des métiers de Saint-Laurent-de-la-Plaine consacre une exposition au monde agricole de l’après-guerre à aujourd’hui. Au terme de la balade dans le temps, on mesure combien l’agriculture a su évoluer au fil des ans.

La semaine dernière, les membres du conseil d’administration de la FDSEA ont visité l’exposition que le Musée des métiers consacre, jusqu’en octobre, à l’agriculture.
La semaine dernière, les membres du conseil d’administration de la FDSEA ont visité l’exposition que le Musée des métiers consacre, jusqu’en octobre, à l’agriculture.
© AA

Une immersion à travers soixante ans d’histoire de l’agriculture, c’est ce que propose depuis quelques jours, à ses visiteurs, le Musée des métiers de Saint-Laurent-de-la-Plaine. Visible jusqu’en octobre, l’exposition “Vie quotidienne, ruralité et agriculture de 1945 à nos jours” retrace à travers 25 panneaux, répartis dans trois salles d’exposition, les grandes étapes qui ont fait l’agriculture d’aujourd’hui : la naissance des Cuma en 1945, celle des Gaec dans les années 60, l’apparition des quotas en 1984, l’arrivée de l’informatique dans les années 80, etc.
Pour monter cette exposition, Pauline Milliot, historienne et chargée de mission expositions au Musée des métiers, a
épluché les archives de l’Anjou agricole, pendant plusieurs mois. Sept grandes thématiques en sont ressorties : les politiques agricoles, l’évolution de l’habitat rural, les évolutions mécaniques, les évolutions techniques, les bouleversements environne-mentaux et météorologiques, le syndicalisme agricole, l’évo-lution de la formation agricole.

En constante évolution
Dans le hall d’entrée, l’exposition débute par un regard sur l’agriculture d’aujourd’hui avec un diaporama qui présente les exploitations de Saint-Laurent-de-la-Plaine. « Nous avons souhaité montrer la diversité des productions », note Monique Montailler, guide bénévole au musée. Le visiteur est ensuite interpellé sur la politique agricole depuis les années 80, l’occasion de bien resituer les enjeux actuels. Dans la Rue pavée, en poussant les portes des intérieurs d’antan, on mesure le chemin parcouru depuis les fermes où plusieurs générations se côtoyaient sous le même toit, aux exploitations modernes et fonctionnelles d’aujourd’hui. Le rôle des femmes est mis ici également en lumière. Dans la Grange des Mauges, place aux évolutions techniques et mécaniques. Pour les besoins de l’exposition, une quinzaine d’agriculteurs des environs ont prêté du vieux matériel. « Il y a eu un vrai travail d’équipe entre les bénévoles du musée et les
agriculteurs de Saint-Laurent », souligne Pauline Milliot.


Faire reconnaître le métier
L’exposition proposée par le Musée des métiers est à découvrir en famille ou entre amis. Elle parlera à chacun, quel que soit son lien avec le monde agricole. La visite se termine par ces mots : « Même si la fonction première de l’agriculture demeure celle de nourrir la population, les paysans aspirent désormais à faire évoluer et reconnaître leur métier ». L’exposition en offre une bien belle démonstration.

D.J.

Rendez-vous

Des animations sont programmées tout au long de la saison.
Le Festival du musée aura lieu les 5 et 6 septembre : le  samedi, présentation de films d’archives sur la ruralité, l’artisanat et l’agriculture, de 14 h 30 à 18 h 30. À 21 h, représentation de La Casquette du dimanche par la Compagnie Cosnet, dans le cadre de Fermes en scènes. Le dimanche, à 9 h, randonnée pédestre de ferme en ferme. L’après-midi : projection des films d’archives présentés la veille. À noter également qu’une table-ronde autour de la thématique agricole sera organisée au cours de la saison (date à définir).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités