Aller au contenu principal

Réguler les populations de sangliers

Mercredi, le préfet de Maine-et-Loire a signé une convention triennale avec la fédération des chasseurs du département, afin de soutenir des actions visant la baisse de la population de sangliers, et donc des dégâts occasionnés.

Philippe Chopin, préfet de Maine-et-Loire, Denis Laizé, président de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire et Philippe Justeau, président de la fédération des chasseurs du Maine-et-Loire.
Philippe Chopin, préfet de Maine-et-Loire, Denis Laizé, président de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire et Philippe Justeau, président de la fédération des chasseurs du Maine-et-Loire.

"En 2023, le montant des indemnisations versées aux agriculteurs du département, suite aux dégâts de grands gibiers dans les parcelles, se situe entre 450 et 480 000 €, indique Philippe Justeau. Un montant élevé dû à l'augmentation des dégâts, qui s'étendent sur 250 ha, mais lié aussi à la hausse du prix des céréales". Face à cette situation, une convention nationale a été signée en mars dernier entre l'État et la fédération nationale des chasseurs. Mercredi 10 janvier, Philippe Chopin, préfet de Maine-et-Loire, et Philippe Justeau, président des Chasseurs d'Anjou, ont signé une déclinaison départementale de cet accord.

Formations et clôtures

Concrètement, l'État s'engage à soutenir financièrement la fédération des chasseurs en lui versant une aide pendant trois ans, dont 149 000 € la première année. "Cette somme n'est pas destinée à payer les indemnisations, précise le préfet, mais à mettre en place des actions visant à réduire les populations de sangliers, et donc le coût des dégâts". La fédération des chasseurs envisage notamment d'organiser des formations afin de rappeler les règles de régulation des grands gibiers, tout en respectant "l'équlibre agro-sylvo-cynégétique". "Il faut tirer sur les laies", cite par exemple Philippe Justeau. Elle réfléchit également à des aides pour l'installation de clôtures ou l'utilisation de répulsifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois