Aller au contenu principal

Veaux de boucherie
Rémunération des éleveurs de veaux de boucherie : le vrai du faux

Le point avec Bernard Mainfroid, en particulier sur la reversion de la prime à l’abattage aux entreprises.

Un débat s’instaure par presse interposée sur la situation des éleveurs de veaux de boucherie et en particulier sur la prime à l’abattage récupérée par les entreprises. L’Anjou agricole a voulu faire le point avec Bernard Mainfroid, président de la Section départementale veaux de boucherie.

Est-il normal que les éleveurs de veaux de boucherie reversent leur Prime à l’abattage (PAB) aux entreprises ? Ce débat crée une polémique. Qu’en est-il réellement ?
Bernard Mainfroid :
Cette production étant presque totalement en intégration, les éleveurs sont rétribués par l’intégrateur sur la base d’une marge, sachant que l’entreprise fournit les veaux, les aliments et les produits vétérinaires. Depuis la réforme de la Pac de 2003, l’Europe compense la baisse des soutiens des productions par des aides directes aux producteurs. La production de veaux de boucherie est dans cette situation et les producteurs perçoivent 50 € par veaux abattus (avant stabilisateur et modulation). Seuls les producteurs peuvent percevoir cette prime.
Depuis la réforme, dans le calcul de la marge, les intégrateurs ont incorporé les primes PAB et ont demandé aux producteurs de leur reverser l’équivalent de la prime. Après négociation, deux tiers de la prime étaient reversés, l’autre partie restant aux éleveurs auxquels il était demandé à l’époque d’investir pour la mise aux normes des bâtiments. Les éleveurs qui ont fait le choix de ne pas être intégrés perçoivent, bien sûr, l’intégralité de la compensation mais ils n’ont pas la sécurité de la marge. Le débat n’est donc pas si la prime est reversée ou non, mais quelle est la rémunération pour les éleveurs ? Comment rééquilibrer l’offre et la demande ? Quelle compensation pour les producteurs qui actuellement subissent, soit des vides sanitaires rallongés, soit des taux de remplissage faibles, soit les deux ? Le ministère de l’Agriculture et l’interprofession négocient des mesures depuis plusieurs mois. Il est temps que les actes se concrétisent et que les éleveurs retrouvent un revenu décent, ce qui n’est plus le cas depuis plusieurs mois.
Propos recueillis par Sylvain Daury
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités