Aller au contenu principal

Veaux de boucherie
Rémunération des éleveurs de veaux de boucherie : le vrai du faux

Le point avec Bernard Mainfroid, en particulier sur la reversion de la prime à l’abattage aux entreprises.

Un débat s’instaure par presse interposée sur la situation des éleveurs de veaux de boucherie et en particulier sur la prime à l’abattage récupérée par les entreprises. L’Anjou agricole a voulu faire le point avec Bernard Mainfroid, président de la Section départementale veaux de boucherie.

Est-il normal que les éleveurs de veaux de boucherie reversent leur Prime à l’abattage (PAB) aux entreprises ? Ce débat crée une polémique. Qu’en est-il réellement ?
Bernard Mainfroid :
Cette production étant presque totalement en intégration, les éleveurs sont rétribués par l’intégrateur sur la base d’une marge, sachant que l’entreprise fournit les veaux, les aliments et les produits vétérinaires. Depuis la réforme de la Pac de 2003, l’Europe compense la baisse des soutiens des productions par des aides directes aux producteurs. La production de veaux de boucherie est dans cette situation et les producteurs perçoivent 50 € par veaux abattus (avant stabilisateur et modulation). Seuls les producteurs peuvent percevoir cette prime.
Depuis la réforme, dans le calcul de la marge, les intégrateurs ont incorporé les primes PAB et ont demandé aux producteurs de leur reverser l’équivalent de la prime. Après négociation, deux tiers de la prime étaient reversés, l’autre partie restant aux éleveurs auxquels il était demandé à l’époque d’investir pour la mise aux normes des bâtiments. Les éleveurs qui ont fait le choix de ne pas être intégrés perçoivent, bien sûr, l’intégralité de la compensation mais ils n’ont pas la sécurité de la marge. Le débat n’est donc pas si la prime est reversée ou non, mais quelle est la rémunération pour les éleveurs ? Comment rééquilibrer l’offre et la demande ? Quelle compensation pour les producteurs qui actuellement subissent, soit des vides sanitaires rallongés, soit des taux de remplissage faibles, soit les deux ? Le ministère de l’Agriculture et l’interprofession négocient des mesures depuis plusieurs mois. Il est temps que les actes se concrétisent et que les éleveurs retrouvent un revenu décent, ce qui n’est plus le cas depuis plusieurs mois.
Propos recueillis par Sylvain Daury
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités