Aller au contenu principal

Agriculture de conservation
Riches échanges autour de l’agriculture de conservation des sols

Une journée sur l’agriculture de conservation, organisée par la Chambre d’agriculture, a rassemblé une cinquantaine de personnes le 21 septembre à Andard.  

Des ateliers participatifs ont été organisés au Gaec Via Lactea à Andard. Ici, un groupe sur une parcelle en double couvert.
© AA

“Et si nous cultivions l’agriculture de conservation ?” Tel était le thème de la journée orchestrée par la Chambre d’agriculture. Celle-ci anime à ce jour 25 groupes sur l’AC dans les Pays de la Loire, ce qui représente 300 agriculteurs. « L’idée est qu’ils puissent se rencontrer et échanger lors d’une journée inter-groupe. C’est la première que nous organisons », explique Virginie Riou, conseillère Chambre d’agriculture. 12 groupes, pour une cinquantaine de personnes, étaient représentés mardi, malgré la concurrence des chantiers d’ensilage.
Une journée au format un peu inédit, avec des ateliers participatifs qui permettent à chacun d’apporter des solutions, de partager leurs expériences sur plusieurs thématiques : la captation du carbone en interculture, la  réussite d’une culture dans un couvert permanent, l’implantation du maïs en semis direct, ou encore l’intégration de plus de biodiversité à l’échelle de l’exploitation.


Recherche d’efficacité
Les participants étaient reçus par Jean-Michel Diard, du Gaec Via Lactea, qui a intégré le groupe Semis direct sous couvert (SDSC) il y a 7 ans. Ce Gaec compte 3 associés et une salariée, sur 147 hectares. Il élève des vaches laitières, avec une partie du lait transformée en fromages. Il a une activité de ferme pédagogique et a installé un méthaniseur à la ferme à l’été 2020.
« Nous sommes entrés dans l’agriculture de conservation car nous voulions garder la même production tout en baissant les intrants, explique Jean-Michel Diard. Nous voulions simplifier notre système car nous avons besoin de beaucoup de temps pour tous nos ateliers. Nous cherchions l’efficacité ».


Moins d’eau dépensée
Les effets du changement de pratiques ? Une biomasse assez élevée : « le taux de matière organique a augmenté sur les premiers centimètres et le sol est vachement plus facile à travailler », souligne l’agriculteur. Une économie d’eau : « Nous avons gagné deux tours ! ». Une consommation de fioul divisée par 2, des frais de mécanisation réduits de 20 %. Un IFT (indice de fréquence de traitement) en-dessous de la référence régionale, avec des niveaux très bas en herbicides. Le tout, pour des rendements « qui n’ont pas bougé ».
à présent, l’agriculteur, qui avance pas à pas, doit encore « se faire la main sur les couverts permanents », et systématiser le semis direct des cultures de printemps. Il doit aussi arriver à trouver un bon équilibre dans la répartition de ses couverts végétaux entre leurs différentes destinations : le sol, les animaux, et le méthaniseur.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le prix des terres et prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles pour chaque département de la région Pays de la Loire.
Le robot danois qui sème et désherbe tout seul
Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits…
Le Préfet met la pression sur le sanglier
 Le Préfet a réuni le 27 septembre les représentants agricoles et des chasseurs pour faire le point sur le dossier dégâts de…
« Des conditions idéales pour semer »
Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec…
Donner des clés pour s’installer
160 élèves de formation agricole ont arpenté le forum à l'installation, jeudi 14 octobre, au Gaec des Mardreaux au Fief-Sauvin.
Un troupeau plus adapté à la demande
 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités