Aller au contenu principal

Méthanisation
Rivergaz, pionnière dans la production de digestat hygiénisé

A Maulévrier, l’unité de méthanisation Rivergaz a démarré le 30 novembre. Un projet né de la volonté de préserver l’aire de captage du Ribou Verdon, qui fournit en eau la ville de Cholet. Une partie du digestat, hygiénisé, est exporté en zones céréalières.

Laurent Loiseau, aviculteur à La Tessoualle et président (jusqu’au 24 mars) de la SAS. Il vient de passer la main à Mathieu Body.
© AA

Du biogaz au service de l’eau. « A l’origine, il y a la question de la qualité de l’eau dans le bassin versant Ribou-Verdon, explique Laurent Loiseau, président de la SAS Rivergaz. Nous cherchions à exporter le phosphore présent en excédant, nous avons étudié plusieurs possibilité, compostage, bourse d’échange... L’option la plus intéressante économiquement s’est avérée être la méthanisation en voie infiniment mélangée ».


Pas de maïs dans le méthaniseur
Les exploitants se sont donc lancés dans le projet, avec un principe directeur en tête, qui ne les a jamais quittés : « pas de maïs : on ne veut pas donner à manger au méthaniseur ce que mangent nos vaches ! ». Pour pallier le souci de saisonnalité des apports, Rivergaz introduira, en été, des issues de céréales et de la glycérine. Les associés apporteront aussi des cultures intermédiaires à vocation énergétique, comme des Cipan.
Ces associés, ce sont actuellement 29 exploitations en polyculture élevage, pour une cinquantaine d’agriculteurs. Au départ, ils ont été épaulés par la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire (voir la carte des projets accompagnés ci-contre) : « son appui a permis de “faire prendre la mayonnaise” dans le groupe, explique Laurent Loiseau. La Chambre a aussi effectué le plan d’épandage ».
L’unité, qui a nécessité un investissement de 10 millions d’euros, est dimensionnée pour avaler 47 000 t de matières entrantes à l’année, soit une moyenne de 5 camions par jour. à la sortie, le digestat liquide, riche en azote et rapidement assimilable par les plantes, retourne en intégralité chez les associés. Quant à la partie solide, riche en phosphore, elle est envoyée à la fois chez ces associés et  exportée chez des céréaliers.


Un biofiltre à bruyère neutralise les odeurs
Particularité de Rivergaz ? C’est l’hygiénisation du digestat solide. « Nous sommes le premier site des Pays de la Loire équipé de l’hygiénisation du digestat », souligne Laurent Loiseau. Cette hygiénisation sera obligatoire au 1er janvier 2023 pour toutes les unités de plus de 10 associés ou plus de  30 000 tonnes. Le principe ? La matière passe dans des dilacérateurs qui réduisent la granulométrie jusqu’à 12 mm, ce qui permet une stérilisation plus efficace. Pour être stérilisé, le digestat est chauffé à 70°C pendant 1 heure. Gros avantage : « il n’y a pas de contamination possible d’une ferme à l’autre ».  
Localement, le projet de production d’énergie verte de Rivergaz n’a pas suscité d’opposition. Une attention particulière a été portée au traitement des odeurs : les manipulations s’effectuent en circuit fermé et l’air est filtré dans un biofiltre à bruyère.
L’unité produit pour l’instant juste le quota attribué, soit 220 NormoM3/heure. Mais l’assouplissement récent de la législation en matière de capacité maximale d’injection (Cmax) devrait permettre à Rivergaz de moduler, à terme, la production de biométhane en fonction des apports. « Nous voyons d’un bon œil que l’Etat lâche ainsi la bride sur les quotas d’injection », note Laurent Loiseau.
S.H. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois