Aller au contenu principal

Rouget le ­braconnier : des agriculteurs sur scène

La 47ème saison du théâtre d'hiver de ­Daumeray débutera le samedi 21 janvier. Sur scène, des agriculteurs bénévoles donnent la réplique.

La base de jeu et la mise en scène par Jules Davy se transmettent de génération en génération.
La base de jeu et la mise en scène par Jules Davy se transmettent de génération en génération.
© théâtre de Rouget le braconnier

Rouget le braconnier, c'est l'histoire de Louis Rouget, fils de paysan et habitant de ­Daumeray au  milieu du 19ème siècle. Alors qu'il vit dans une pauvreté extrême, ce père de famille braconne pour survivre. Pris sur le fait par les autorités, il blesse le gendarme ­Javelle alors qu'il s'enfuit. Poursuivi, il se réfugie alors dans la forêt où il réussit à survivre, avec l'aide des habitants de la région pendant près de 2 ans. Rattrapé par la justice, celui qui défraye alors la chronique est envoyé, en 1857, dans un bagne de Guyane. Depuis, ­Rouget le braconnier est devenu une figure incontestée du Haut-­Anjou. Son histoire, plusieurs fois adaptée en livres et en films, continue de passionner les habitants de ­Daumeray et a particulièrement retenu l'attention de Jules Davy, instituteur du village dans les années 70 qui l'adapte en pièce de théâtre. La première a lieu en 1971 et depuis, tous les ans, les habitants de Daumeray se retrouvent pour rejouer l'histoire de ­Rouget.
« La pièce a été écrite pour l'école primaire privée Notre-Dame, précise Dominique Davy, membre actif de la troupe et fils de Jules Davy. Depuis le début de l'aventure, les recettes de la saison servent au financement de cette école de Daumeray et au remboursement des prêts que nous avons effectués pour améliorer les infrastructures. » Parmi les 110 bénévoles, il est donc tout à fait normal de retrouver des parents d'élèves du village, mais bon nombre de ces bénévoles sont aussi des agriculteurs. « L'agriculture occupe une place importante à ­Daumeray, continue ­Dominique Davy. Dans les années 70, la majorité des parents d'élèves étaient des agriculteurs. C'est même pour ça que la pièce n'est jouée traditionnellement qu'en hiver. »

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 6 janvier 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
Le congé paternité des exploitants agricoles évolue
David Poupard, président des Services de Remplacement des Pays de la Loire
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités