Aller au contenu principal

Photographie animalière
Saisir des instants uniques

Dès qu'elle a un peu de temps libre, elle s'empresse de troquer la tenue de traite ou de ville pour la combinaison de camouflage. Conjointe collaboratrice, gestionnaire de planning à Elioreso-Anefa (Service de remplacement), à Angers, Marie Thomas est aussi photographe animalière amateur.

Faucon crécerelle.
© Marie Thomas

"J'ai eu mon premier appareil à ma communion". Marie Thomas a toujours été passionnée de photo. Membre du club photo de Montreuil-sur-Maine, elle s'est spécialisée dans la photographie animalière. Pas celle des vaches de son conjoint, éleveur laitier à Chambellay (et aussi chasseur !), qu'elle traie aussi lorsqu'elle n'est pas dans les bureaux d'Elioreso-Anefa. Mais des espèces plus difficiles à approcher. Comme le renard ("c'est mon préféré, il a des postures formidables !"), le sanglier, le chevreuil, le lièvre, l'écureuil et de plus en plus, les oiseaux. La photo animalière se mérite. Elle demande une sacrée dose de patience, de débrouillardise, de savoir-faire et d'endurance, pour supporter le froid et les postures inconfortables. Armée de son Nikon et son lourd objectif 150-600, la photographe part, dès qu'elle le peut, à la recherche d'instants uniques à capturer. L'exploitation agricole est un immense terrain de jeu, mais elle s'aventure aussi dans des chemins, ou encore, au printemps, dans les prés bas de Cheffes, au milieu des prairies à fauche tardive.

"Au printemps et en été, il faut être en poste à 4 h 30 - 5 h, avant le lever du soleil, raconte-t-elle. Cela me laisse le temps de faire la traite ensuite. J'y retourne le soir, et j'y reste jusqu'à 22 h 30 - 23 h. L'hiver, je sors surtout lorsqu'il fait fait beau et qu'il y a du givre". Elle profite aussi d'habiter près de la rivière Mayenne pour immortaliser des martins-pêcheurs, des cygnes...

Camouflage, souffleur à bulle et tente d'affût

Au fil du temps et des rencontres avec d'autres photographes animaliers, elle a appris à se perfectionner dans l'art du camouflage et à éviter les erreurs de débutantes. "Je pars avec une tenue de camouflage et une cagoule. Une des astuces consiste à laisser la tenue dans les feuilles d'automne avant de l'enfiler, afin que les animaux ne repèrent pas mon odeur, explique Marie Thomas. J'ai aussi un souffleur à bulles de savon qui me sert à connaître la direction du vent. Je me positionne en fonction de celle-ci. Ce qu'il faut surtout éviter, c'est que les animaux me sentent, sinon, je peux être certaine qu'ils ne s'approcheront pas !". Une autre astuce consiste à ne pas se déplacer debout, pour ne pas se faire repérer par les animaux. Il lui arrive donc de ramper.

Une  nouvelle aventure à chaque sortie

Pour photographier des oiseaux, elle a installé une tente d'affût et a fabriqué avec son conjoint une "drink station" où les oiseaux viennent s'abreuver et manger. "Je cherche à capturer des oiseaux en mouvement, qui se baignent dans l'eau, qui se bagarrent...". La tente d'affût est équipée de fermetures éclair qui permettent de réaliser des prises de vue à différents niveaux, notamment au ras du sol.

À chaque sortie, c'est une nouvelle expérience : "on ne sait jamais à l'avance sur quoi on va tomber, et c'est cela qui me plaît". Marie Thomas a déjà stocké quelque 30 000 photos. Il y en a certaines dont elle se souvient avec plus de précision que d'autres, tant l'émotion ressentie était intense. "Je me souviens encore de mon premier renard, c'était le jour de la fête des mères. je l'attendais, j'avais repéré son terrier depuis plusieurs jours et là j'ai vu la mère et ses petits sortir ! J'étais tellement émue que je tremblais un peu au départ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois