Aller au contenu principal

Végétal d’ornement
Salon du végétal : un carrefour d’échanges fertiles

Ouvert depuis mercredi, le 22e Salon du végétal se déroule jusqu’à ce soir au Parc des expositions d’Angers. Les organisateurs attendent 17 000 visiteurs, professionnels du secteur.

À l’espace Inspiration, la délégation officielle s’est attardée sur Chloro 2.0, une clé USB contenant une pousse de phalangère.
À l’espace Inspiration, la délégation officielle s’est attardée sur Chloro 2.0, une clé USB contenant une pousse de phalangère.
© AA
« Nous avons pour ambition d’offrir sur un plateau de 27 000 m2 toute la richesse du végétal », a indiqué Pascal Pinel, qui a pris la présidence du Bureau horticole régional à la suite de Michel Velé, en inaugurant la 22e édition du Salon du végétal. Avec ses 612 exposants, dont 65 % de végétal, ses 25 % d’exposants étrangers, son concours d’innovations, Innovert, son espace Inspiration, alliant design et végétal, son animation Bouquets d’aujourd’hui, sa Bourse à l’emploi, le Salon du végétal a rempli son pari d’offrir une vision globale du marché. « C’est un beau salon, mais ne nous arrêtons pas à cette beauté, voyons plus loin : qualité, diversité, valeur ajoutée. Les producteurs sont en recherche permanente d’efficacité. Nous avons aujourd’hui des entreprises qui atteignent des stades industriels d’organisation, d’informatisation », a souligné le président du BHR.

Hausse du coût des énergies
Une dynamique qui ne doit pas faire oublier les difficultés qui pénalisent les producteurs comme les distorsions des coûts de main-d’œuvre et la hausse du prix des énergies. « Il faut une plus grande homogénéisation des lois sociales en Europe », a insisté Pascal Pinel devant Jean-Marie Aurand, directeur des politiques économique, européenne et internationale au ministère de l’Agriculture.
Ce dernier a adressé, au nom de Dominique Bussereau, ministre de l’Agriculture, un message d’encouragement aux acteurs de Végépolys, le pôle de compétitivité du végétal spécialisé. Il a rappelé le poids de la filière du végétal en France et son rôle dans les économies régionales, avec 150 000 emplois générés et un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros. Il s’est engagé à ce que « les appuis aux investissements pour les économies d’énergie soient prolongés sous diverses formes ». La Région, elle, en la personne du conseiller régional Serge Bardy, a rappelé son soutien aux logiques de filières « pour faire face aux défis de la mondialisation et de la concurrence étrangère ».

D. J.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités