Aller au contenu principal

Sans glyphosate, un risque réel d’impasse technique

Denis Laizé, dans une parcelle de maïs conso semée au strip-till. L’agriculteur, en non labour, utilise surtout le glyphosate pour nettoyer le sol au moment du semis.
Denis Laizé, dans une parcelle de maïs conso semée au strip-till. L’agriculteur, en non labour, utilise surtout le glyphosate pour nettoyer le sol au moment du semis.
© AA

« Une interdiction du glyphosate mettrait en péril l’agriculture de conservation. Cette décision ne prend pas en considération les besoins, les usages des agriculteurs », affirme Denis Laizé, agriculteur à La Bohalle, en Maine-et-Loire.

Alors que la prolongation de l’autorisation du glyphosate pour 18 mois dans l’Union européenne est toujours sur la sellette, l’agriculteur explique en quoi le glyphosate est indispensable à ses pratiques culturales. « En agriculture de conservation, je ne touche plus à la terre. Il me faut donc détruire les mauvaises herbes pour faire place nette au semis ».

Cela signifie un passage quasi-systématique derrière maïs et avant le semis de blé. « Je l’utilise à dose raisonnable, à raison de 1 ou 2 litres par ha. La dose homologuée est de 
3 litres par ha. La terre étant peu remuée, on ne favorise pas de levée d’adventices. 
Je fais un simple rattrapage “sortie hiver”, à 2/3 de dose. Et au final, en matière d’IFT*, cela reste raisonnable. Mon IFT blé pour le désherbage est de 1 à 1,2 ». Ses semis sont effectués en semis direct sous couvert ou au strip-till.

En contradiction avec le programme 4/1 000

Si le glyphosate devenait interdit, l’agriculteur en non labour ne voit tout simplement pas de solution efficace de remplacement. « Ce serait un coup d’arrêt aux techniques de conservation du sol, prônées par le ministère de l’Agriculture dans le cadre de l’agro-écologie, au moment même où ce ministère lance le programme 4/1 000 pour le stockage du carbone dans le sol ». Avec l’agriculture de conservation, on obtient des sols « formidables, structurés, qui ont de la portance », assure Denis Laizé, qui se déplace aisément dans une parcelle d’argile implantée en maïs, où il a plu 50 mm en 3 jours.

* Indice de fréquence de traitement.

Lire l’intégralité de l’article dans l’Anjou agricole du 17 juin 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Allier fissuration et couverts végétaux
Le CER FRANCE Maine-et-Loire, le constructeur Actisol et le concessionnaire Modema Agri ont organisé le 13 septembre une journée…
L’inflation plombe son exploitation
Les éleveurs de bovins allaitants sont affectés par une hausse continue des charges depuis plusieurs mois. à Cherré, le jeune…
Bâtir une nouvelle vie autour de son élevage caprin
Au May sur Evre, Mélanie Canivet et Aurélien Rivet sont éleveurs caprins bio depuis le 1er août 2021. A la chèvrerie…
Des farmers irlandais et australiens à Festi’élevage
Des Irlandais et des Australiens, passionnés par la race parthenaise, avaient fait le déplacement au National de la race, à Festi…
Deux foyers cette semaine dans le Maine-et-Loire
Nous n’avions plus connu cela depuis le printemps dernier et la vague d’Influenza qui avait submergé l’Ouest du Maine-et-Loire .…
Rentrée explosive sur le prix du lait
Face à un prix du lait jugé insuffisant, FDSEA et JA demandent des hausses sans délai.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois