Aller au contenu principal

S’appuyer sur l’innovation pour surmonter la crise

Interview de Séverine Darsonville, agricultrice dans le Puy-de-Dôme, présidente de Vegepolys Valley.

© AA

Quels sont les impacts de la crise sanitaire sur les adhérents de Vegepolys Valley ?
Séverine Darsonville : les impacts sont divers, puisque Vegepolys Valley rassemble de nombreuses filières du végétal. Tous les métiers du végétal n’ont pas été impactés de la même manière. Les plus impactées sont les filières horticoles et viticoles. Les moins impactés sont les filières agro-alimentaires et semencières. Les filières horticoles ont vu leurs points de vente fermer et se réduire, donc leur activité a été fortement impactée surtout pour l’horticole d’ornement, un peu moins pour les productions de plants potagers. En viticulture, la majorité de la consommation se fait hors foyer, donc la filière a subi une crise importante liée à la fermeture des restaurants et événements. D’autant plus que la récolte 2020 s’annonce conséquente. Il va y avoir un problème de place dans les chais.


Vegepolys Valley lance le “parcours du déconfiné” pour stimuler les projets de développement et d’innovation. De quoi s’agit-il concrètement ?
Le parcours du déconfiné est un service aux entreprises. Il s’agit de les aider à rebondir plus vite, c’est-à-dire les accompagner dans le montage des aides qui peuvent leur être octroyées de la part de l’Etat, de la Région, des collectivités... apporter aussi un soutien, une étude prospective, économique sur  la manière de s’organiser au mieux pour l’après-confinement. Il s’agit vraiment de donner des clés aux adhérents pour savoir comment remettre leur entreprise en route.


En quoi l’innovation peut-elle aider les entreprises à passer la crise ?
L’innovation, c’est inventer le monde de demain, avec ou sans crise. Quand une crise vient chambouler la façon dont on vit, la façon dont la société est organisée, forcément l’innovation est pertinente car on pense qu’il va falloir inventer plus qu’avant. Le monde de demain, il va falloir y mettre un peu plus d’innovation que ce qu’on y mettait auparavant. L’innovation consiste notamment à trouver des solutions de production plus résilientes, plus durables, pour préparer le changement de société et correspondre aux attentes sociétales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités