Aller au contenu principal

Semis de blé : tous au couvert !

À Meigné-le-Vicomte, Vincent Brulé sème 50 ha de blé sous couvert permanent. Un premier essai pour cet agriculteur de conservation, satisfait des conditions de semis.

© AA

À la manière d’une prairie pour un éleveur, le couvert est la pièce maîtresse d’un système en agriculture de conservation. À croire que le sol est pudique, et déteste être à nu.

Trèfle et blé
Chantre des couverts, Vincent Brulé est constamment à la recherche d’innovations et d’efficacité. Cette année, le blé est semé dans du colza, du trèfle blanc, du lotier et du trèfle violet, sur 50 ha. « Le colza, c’est les repousses de l’an dernier. J’ai broyé 2 fois depuis la récolte du colza, pour calmer le couvert », détaille Vincent Brulé. C’est toute la difficulté de ce type de semis. À la manière d’un funambule, l’agriculteur de conservation doit trouver le juste équilibre entre un couvert dense et bien réparti, qui étouffe les adventices, et un couvert qui laisse se développer le blé. Pour ce faire, le glyphosate est l’allié de Vincent Brulé. Avec, si besoin, un petit coup d’Allié, justement. Pour réussir un tel semis, il faut augmenter la densité. « On maximise nos chances de réussite, car il y a beaucoup de grains qui se perdent dans la couche de sol supérieure, composée en grande partie de matière organique en décomposition », explique l’agriculteur. En effet, les graines sont déposées dans un fin sillon, à 2 cm de la surface. L’astuce de l’agriculteur pour une bonne levée ? « 50 kg/ ha de super 45, qui agit comme un booster ». Pour les besoins en azote, ceux-ci sont en partie apportés par les légumineuses du couvert, meilleure famille pour les couverts permanents selon Vincent Brulé. « Ça repousse quand on coupe, et cela apporte de l’azote. Il faut une diversité de légumineuses pour une bonne couverture dans le temps et l’espace », détaille-til. Derrière le blé, le couvert sera donc déjà implanté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois