Aller au contenu principal

Simplante
réduit les déchets

Lauréate du concours Agreen start-up, Tiphaine Morillon va lancer son entreprise, Simplante. Avec ses étiquettes biodégradables, elle propose une alternative au plastique en horticulture.

"Saviez-vous que 500 millions d'étiquettes sont achetées tous les ans par les producteurs de plantes ?" Un volume, aujourd'hui principalement en plastique, que Tiphaine Morillon souhaite remplacer par son idée : des étiquettes biodégradables. "Tout est  d'abord parti de mon stage chez un grossiste, raconte la jeune femme. Je me suis rendu compte que beaucoup de gens ne savent pas jardiner : ils ne connaissent pas la dose d'engrais nécessaire à la réussite de leurs plantations par exemple". Alors, pour simplifier la vie des jardiniers amateurs, pourquoi ne pas vendre la plante avec sa dose d'engrais adéquate... dans l'étiquette ? Fabriquées à partir de biodéchets, ces étiquettes avec et sans engrais - respectivement Nutrio et Vivéo- seront imprimées avec une encre végétale. "Compostables, elles permettent donc de réduire les déchets du jardinier et proposent une alternative au plastique pour les horticulteurs", explique-t-elle.

Six concours

Étudiante en dernière année d'ingénieur horticole à l'Institut Agro Rennes-Angers, Tiphaine Morillon n'a pas voulu attendre la fin de ses études pour concrétiser son projet. Depuis plus d'un an, elle s'inscrit dans les concours réservés aux jeunes entrepreneurs - elle en a déjà fait six !- et glane à chaque fois des conseils pour améliorer son concept. "Le challenge Prekope, lors de la convention APM, m'a permis d'en pointer l'aspect écologique", cite-t-elle notamment. En fin d'année dernière, elle a participé au concours organisé par Végépolys Valley. "Et j'ai gagné", se réjouit-elle, bénéficiant au passage d'un soutien financier de 10 000 €, assorti d'un accompagnement opérationnel et stratégique pour accélérer son accès au marché.

Soutien financier

Sur sa lancée, Tiphaine Morillon a également été retenue pour le concours Agreen start-up, qui se déroulait pendant le Sival. En 48 heures, elle a affuté ses arguments avant de les présenter devant le jury...qu'elle a visiblement convaincu puisqu'elle a remporté le premier prix. "C'est un énorme soutien", reconnaît-elle. À la fois financier - le Crédit Mutuel lui apporte une aide de 3 500 €- et logistique avec la mise à disposition d'un bureau au sein de l'espace de co-working angevin WeForge. "Ce sera parfait pour mon stage de fin d'études", souligne-t-elle. Une place lui est également réservée gratuitement dans l'espace Jeunes Pousses au Sival 2025.

Lancement à la rentrée

Il reste encore quelques étapes à Tiphaine Morillon avant de  commercialiser ses produits qu'elle fabriquera sur un site de production dans les Pays de la Loire. "En juin, je vais officiellement créer mon entreprise, Simplante, indique-t-elle. D'ici là, je dois finaliser les étiquettes, qui sont encore au stade de prototype, et récolter des fonds pour acquérir mes premières machines". Dans son business plan, la jeune entrepreneuse a prévu de lancer son activité en septembre et elle envisage de fournir 30% des besoins de trois producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois