Aller au contenu principal

Simulation d'un foyer d'influenza aviaire en Anjou

Le nouveau plan Orsec de lutte contre les épizooties, validé fin 2014, a été testé mardi 26 avril. Les services de l'Etat ont simulé un cas d'influenza aviaire sur une exploitation avicole du Segréen.

En cas de détection d'un cas d'influenza aviaire sur une exploitation, des rotoluves sont mis en place par une entreprise spécialisée. Le rotoluve permet de désinfecter les voitures à chaque entrée et sortie de zone contaminée. Il se constitue de désinfectant et de paille.
En cas de détection d'un cas d'influenza aviaire sur une exploitation, des rotoluves sont mis en place par une entreprise spécialisée. Le rotoluve permet de désinfecter les voitures à chaque entrée et sortie de zone contaminée. Il se constitue de désinfectant et de paille.
© AA

Un cas d'influenza aviaire en Maine-et-Loire détecté ? Que feraient alors les services de l'Etat ? La préfecture du Maine-et-Loire a choisi cette maladie pour tester le nouveau plan Orsec de lutte contre les épizooties. Le plan a été validé en décembre 2014. L'exercice s'est déroulé mardi 26 avril dans une exploitation avicole près du Lion-d'Angers.
Le scénario ? L'éleveur s'alarme de symptômes des volailles de son élevage : troubles respiratoires, fièvre... Jeudi dernier, il appelle son vétérinaire sanitaire. « Celui-ci confirme les symptômes cliniques de l'influenza aviaire, il contacte alors la DDPP », explique Didier Boisseleau, directeur départemental de la protection des populations, en charge de l'exercice. Des fluides corporels sont alors prélevés sur les animaux vivants dès le vendredi. Les prélèvements sont analysés dans un laboratoire régional, à Nantes.

Barrières sanitaires
« Si le résultat est positif, les prélèvements sont à nouveau analysés par le laboratoire de référence de la maladie à Ploufragan, en Bretagne. » Dans l'exercice, les résultats positifs pour un cas de H5N1 sont communiqués lundi à la DDPP. « Dès que nous avons la confirmation du cas d'influenza aviaire, nous procédons au blocage de l'exploitation. » Le but : éradiquer le virus. Dans le scénario angevin, l'exploitation a 4 bâtiments de poulets labels. Vu la disposition des bâtiments, aucun risque n'est pris. « Tous les animaux seront abattus. » Mais avant, des mesures de biosécurité sont mises en place.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 29 avril 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités