Aller au contenu principal

Végétal
Sival : le défi renouvelé de l’innovation

Le 21e salon des matériels et techniques viticoles, horticoles, arboricoles et légumiers se déroule jusqu’à ce soir à Angers. À travers son concours des Sival d’or, il fait une large place à l’innovation. 

« En visitant les allées du salon, j’ai pu constater que la volonté était là aujourd’hui, j’espère qu’elle sera là demain », a lancé Gilles Vignaud, président d’Interfel,
venu inaugurer le Sival.
« En visitant les allées du salon, j’ai pu constater que la volonté était là aujourd’hui, j’espère qu’elle sera là demain », a lancé Gilles Vignaud, président d’Interfel,
venu inaugurer le Sival.
© AA
Salon de référence nationale des cultures et végétaux spécialisés, le 21e Sival a ouvert ses portes mercredi au parc des expositions d’Angers. Pendant trois jours, le salon national met à l’honneur la viticulture, l’horticulture, l’arboriculture et la filière légumes. Sur 30 000 m2, 600 exposants en matériels, agrofournitures et services, vont présenter leurs dernières innovations. La dimension internationale du Sival se confirme cette année encore, avec des délégations venues de Chine, d’Algérie, de Roumanie, de la République tchèque, de Hongrie, d’Autriche et d’Ukraine.
Lors de l’inauguration officielle du salon mercredi, Bruno Dupont, président du Sival, a salué la présence du président de l’Interprofession nationale Fruits et légumes  (Interfel), Gilles Vignaud : « Les interprofessions ont un rôle majeur pour améliorer l’organisation économique et la promotion des produits. Les fruits et légumes ont besoin, plus que d’autres de ce travail interprofessionnel, jusqu’alors trop faible. Je compte sur vous pour qu’au cours de votre présidence, le dialogue entre acteurs de la filière soit fructueux, que nous nous dotions des bons outils d’anticipation des crises et que le consommateur retrouve la confiance que nos produits de qualité mérite ». En réponse, le président d’Interfel a exprimé « un optimisme certain » par rapport à l’avenir : « En visitant les allées du salon, j’ai pu constater que la volonté était là aujourd’hui, j’espère qu’elle sera là demain ».

Anticiper les mutations à venir
À travers plusieurs conférences et tables-rondes, cette 21e édition du Sival met l’accent sur les enjeux de la mise sur le marché et de la valorisation des productions. « Certains secteurs nous montrent que l’on peut être ouvert sur les marchés extérieurs tout en valorisant la production hexagonale », a souligné Bruno Dupont, en précisant qu’une réflexion en ce sens est en cours au niveau régional et national à la FNPF. En octobre, un rendez-vous innovant entre producteurs et distributeurs sera organisé avec l’appui d’Interfel au parc des expositions.
Restructuration de la filière viticole, « convalescence » de l’arboriculture, hausse du coût de l’énergie en horticulture, plan national de relance de la filière légumes, Bruno Dupont a dressé « un bilan contrasté », production par production, de l’année écoulée. Un certain nombre de tendances lourdes se confirment année après année : la mondialisation de l’économie et l’accroissement de la  concurrence, une forte attente des consommateurs en matière de sécurité alimentaire, environnement, santé, mais aussi d’innovation et de qualité.

La dynamique de Végépolys
Mais certaines évolutions sont aussi favorables : les politiques de santé publique qui incitent à la consommation de 5 à 10 fruits et légumes par jour, l’image de qualité des produits français - « nos produits sont du haut de gamme, il ne faut cesser de le répéter » - , le haut niveau technique des entreprises et des exploitations. La dynamique créée autour de Végépolys, le pôle de compétitivité du végétal, spécialisé, offre aussi aujourd’hui de réelles perspectives aux producteurs de la région. « Aujourd’hui ce sont 75 adhérents, dont 50 entreprises qui se retrouvent et travaillent ensemble », a rappelé Bruno Dupont. « La recherche, le progrès scientifique et technique vont nous aider à relever les défis de l’agriculture de demain ».
D.J.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités