Aller au contenu principal

SNA : Attendons !

Après avoir interpellé la DDT sur les SNA, la FDSEA appelle à ne pas se précipiter sur ce dossier.

© AA

Tous les agriculteurs ont désormais entendu parler des SNA, ces fameuses Surfaces non agricoles à aller vérifier sur Télépac. Pour beaucoup d’entre nous, une énième aberration administrative.
Mais après avoir analysé de manière plus fine ce dossier, la FDSEA appelle à ne pas se précipiter. Il est pour nous impératif que les SNA se gèrent au moment de la déclaration Pac 2016, par l’agriculteur et directement sur Télépac. Il est en effet incompréhensible, au moment où on nous impose la télédéclaration, de devoir corriger nos SNA avec un crayon rouge et du papier ! Et nous allons remonter ce dossier à la FNSEA car nous souhaitons faire pression sur le ministère afin qu’il se rende compte de l’absurdité du dispositif. Ce dossier est de toute façon ingérable quand certaines exploitations ont plus de 500 SNA à vérifier. Et la DDT est incapable de traiter tous les retours papiers dans les temps.  Il ne sert donc à rien de se presser, il convient d’être pragmatique et efficace. Il sera possible d’effectuer ce travail au moment de la déclaration Pac, quand nous aurons enfin connaissance de nos surfaces d’îlots et nos SIE et ce, sans conséquences financières pour nos exploitations.

Emmanuel Lachaize, secrétare général de la FDSEA
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois