Aller au contenu principal

Caprins
Soutien professionnel à l’Union caprine 49

Une convention a été signée entre l’Union, la Chambre et la FDSEA.

Signature de la convention entre Raphaël Brunet, président de l’Union caprine 49 et Christiane Lambert, vice-présidente de la Chambre d'agriculture et présidente de la FDSEA.
Signature de la convention entre Raphaël Brunet, président de l’Union caprine 49 et Christiane Lambert, vice-présidente de la Chambre d'agriculture et présidente de la FDSEA.
© AA

L'Union caprine n'a ni moyens financiers ni humains pour faire face à ses objectifs », a indiqué Raphaël Brunet. La convention que son président vient de signer avec la Chambre d'agriculture et la FDSEA vise précisément à « répondre aux besoins d'une production en plein essor en Maine-et-Loire », a souligné Christiane Lambert, vice-présidente de la Chambre d'agriculture et présidente de la FDSEA. Pour ce faire, tout le monde s'est mis autour d'une même table afin de déterminer les apports possibles des uns et des autres. Créée voici deux ans, l'Union caprine regroupe les éleveurs de chèvres de Maine-et-Loire, quelles que soient leurs productions (le lait, le fromage, les chevreaux de boucherie). La convention prévoit que les services techniques de la Chambre d'agriculture apporteront le soutien nécessaire aux éleveurs. Un soutien d'autant plus appréciable que se met en place le plan de pérennisation, intitulé « bien vivre du lait de chèvre » dont l'objectif est de doter les éleveurs d'indicateurs technico-économiques de nature à leur permettre de faire les choix les plus judicieux et de mener une conduite d'élevage performante.

Lien renforcé avec l'interprofession
De même, le lien avec la FDSEA laissera l'accès à l'interprofession. « Car la filière caprine est toute petite », ajoute Raphaël Brunet. « On a besoin de faire entendre notre voix en s'appuyant sur les forces vives du département ». À travers cette convention, le Maine-et-Loire disposera d'un siège à la Fnec (Fédération nationale des éleveurs caprins). La région des Pays de la Loire en aura donc deux. Le lien avec l'Anicap (interprofession caprine) sera également renforcé, notamment sur le plan du prix, des cotisations et de la gestion des volumes.

M.L.R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités