Aller au contenu principal

SPL, une société béton

A Montilliers, l’entreprise SPL à deux activités : les bétons prêt à l’emploi et la préfabrication de béton armé. Face à un accroissement d’activités, SPL a agrandi d’un tiers sa capacité de production.

© SPL

Près de 20 000 m3 de béton sort de la centrale de la Société de préfabrication du Layon à Montilliers. Créée en 2004, SPL est une filiale du groupe BAM. L’entreprise du Layon emploie 14 salariés.
D’un côté, il y a l’activité de livraison et de fabrication des bétons prêts à l’emploi et de l’autre, celle d’éléments préfabriqués en béton armé. Pour cette activité, le béton de la centrale de Montilliers est directement coulé sur les armatures préalablement disposées dans le coffrage pour créer des éléments bétons conçus sur mesure pour leurs clients. « Dès que les pièces sont fabriquées, elles sont livrées sur le chantier. Il y a très peu de stockage », explique François Dixneuf, responsable commercial en charge de la partie agricole. Entre le coulage et le séchage, il faut compter 24 h.
Pour accroître son activité et répondre à une forte demande, l’entreprise a créé une extension de 900 m2 à l’atelier existant. Soit une augmentation d’un tiers de la capacité de production.
Avant l’agrandissement, l’entreprise avait une table de coffrage et de 3 bancs de fabrication. « Aujourd’hui, nous avons une nouvelle table de production et 1 nouveau banc de fabrication », précise Vincent Boisseau, directeur de la société de Montilliers. « La nouvelle table est plus longue que l’autre. Elle répond à une évolution de la demande surtout dans le monde agricole. Avant, on nous commandait des murs en 5 m. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus variable : on peut nous demander du 6 m, 6,50 m, 7 m…», complète François Dixneuf.
En 2021, SPL a enregistré un chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros, soit une progression de 15 % par rapport à l’année précédente. « 2/3 de notre chiffre d’affaires vient des préfabriqués béton et 1 tiers des bétons prêt à l’emploi », précise Vincent Boisseau. Les principaux clients ? Les entreprises de gros œuvre, de maçonnerie, de travaux publics et du génie civil, les carreleurs, les particuliers et bien-sûr les agriculteurs. « Le gros œuvre et l’agriculture sont les marchés qui progressent le plus », constatent les 2 responsables. L’entreprise travaille principalement dans les Pays de la Loire -surtout pour la partie agricole - mais aussi partout en France. « L’agriculture représente 25 % du chiffre d’affaires du préfabriqués et 40 % du béton prêt à l’emploi. » L’entreprise réalise tous types de bâtiments agricoles, d’élevage ou de stockage. « Nos réalisations sont principalement des bâtiments d’élevage », note François Dixneuf. Surtout en bovin, caprin et ovin. « Je conçois les plans en fonction des besoins et de la typologie du bâtiment. Les éléments sont fabriqués dans notre usine de Montilliers et nous livrons sur site ».  
Toutes les entreprises du BTP subissent de fortes hausses des prix des matériaux. SPL ne déroge pas à la règle. C’est celle du ciment qui l’impacte le plus. « On en avait déjà subi une en avril. Et début novembre, le ciment va encore augmenter de 20 %...» Cette inflation n’est pas entièrement répercutée à ses clients « mais cela demande de réduire nos marges... »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois