Aller au contenu principal

Strader, des phytotrons et de l'innovation

Née suite à un besoin fort des entreprises du végétal pour des solutions de cultures de plantes en s'affranchissant de la variabilité, Strader sera présent au Sival 2020.

Annick Filippelli, présidente de Strader.
Annick Filippelli, présidente de Strader.
© AA

Au coeur d'une zone d'activité à Saint-Sylvain-d'Anjou, l'entreprise Strader développe son savoir-faire depuis 1983. Spécialisée en conception et en réalisation de phytotrons, une dizaine de salariés y travaillent. Mais qu'est-ce qu'un phytotron ? Annick Filippelli, la présidente, le définit comme « une enceinte dans laquelle on contrôle tous les paramètres ayant un impact sur la croissance des plantes ». À savoir, la température, l'hygrométrie, la lumière, l'irrigation, l'atmosphère ... Les tailles peuvent varier de quelques m2 (de la taille d'un frigo américain) à une centaine de m2.

Tout est conçu sur-mesure, en fonction des différents besoins des clients. L'entreprise réalise quatre types de produits. La chambre de culture, l'enceinte climatique,la "Mobil Green Cell", lancée il y a 2 ans, et enfin les séchoirs à semences.
« Notre force c'est la flexibilité et l'agilité », appuie Annick Filippelli. Tous types de cultures peuvent être réalisés dans les enceintes climatiques de Strader, même si l'on retrouve principalement arabidopsis (pour la recherche), les potagères ou les céréales (une entreprise égyptienne a même fait pousser des plants de palmiers !).

Aujourd'hui, l'entreprise travaille principalement avec des entreprises privées (à hauteur de 70 %), et cherche à développer ce créneau, les marchés publics représentant
30 % de l'activité. Ainsi, Strader a travaillé avec Agrocampus, l'université d'Angers, Bayer, Limagrain, Nestlé...
Pour Annick Filippelli, « le point critique, c'est de bien comprendre le besoin du client ». « Les exigences sont de plus en plus importantes, notamment en terme d'homogénéité ». L'export permet à l'entreprise « de gagner en expérience avec des projets différents et donc intéressants ».
Dans un domaine en constante évolution, Strader essaie de rester à la pointe de l'innovation et n'hésite pas à travailler avec de nombreuses nouvelles entreprises, comme l'angevine "Il était une graine", qui produit des micro-pousses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités