Aller au contenu principal

Agriculture de conservation
Suivre à la trace un semis de blé sous couvert permanent

A Meigné-le-Vicomte, Vincent Brulé a semé en octobre un blé sous couvert permanent. Une première pour l’agriculteur, qui nous fait suivre les étapes de la culture. En ce début mars, le couvert est toujours bien là, mais cède poliment sa place à la céréale.

Le mercredi 10 mars. Le blé est au stade fin de tallage-début de redressement et le trèfle est en repos végétatif depuis début novembre. Il reprendra de la vigueur au printemps.
© AA

Passionné par l’agriculture de conservation, Vincent Brulé, qui fait partie d’un groupe 30 000, teste, tâtonne et veut faire partager ses recherches. Ses semis de blé sous couvert permanent ont été réalisés en octobre, sur 50 ha. La parcelle en question est couverte d’un mélange de trèfles blanc et violet, de lotier et de colza (repousses de l’an dernier). Elle a été cultivée en tournesol cet été.

« C’est la plus grande difficulté dans la conduite de culture. Faire en sorte que le couvert reste bien présent toute l’année, mais à des niveaux satisfaisants pour ne pas trop concurrencer la céréale.

Après la récolte du tournesol, il n’a pas été nécessaire de broyer le couvert, car celui-ci n’était pas très développé en hauteur. L’agriculteur a passé 1,2 litre de glyphosate, avant le semis. « Le but était de bloquer la végétation de trèfle, afin qu’elle n’entre pas trop en concurrence avec le blé », explique Vincent Brulé.  Un exercice d’équilibriste : « C’est la plus grande difficulté dans la conduite de culture, souligne l’agriculteur. Faire en sorte que le couvert reste bien présent toute l’année, mais à des niveaux satisfaisants pour ne pas trop concurrencer la céréale. Arvalis préconise que la végétation du couvert ne dépasse pas 10 cm de hauteur ».
Le semis s’est déroulé dans de bonnes conditions.  Après celui-ci, l’agriculteur a passé, en même temps que le désherbant pour blé, un anti-dicotylédone, l’Allié, à faible dose, (7 g, pour une homologation à 25 g). L’Allié aide à contrôler le couvert.
En milieu de semaine, le blé était au stade fin de tallage-début de redressement, dominant un couvert ras et assez disséminé. Très discret,  celui-ci va se développer à partir de maintenant et dans un mois, il devrait avoir colonisé complètement le sol. à suivre.
S.H.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités