Aller au contenu principal

Végétal
Tabac : les producteurs dans l’incertitude

Les coopératives Centre Nord Loire Picardie et Nord et Loire tabac ont tenu leur assemblée générale.

Au micro, Jean-Pierre Cohard, président de Nord et Loire tabac.
Au micro, Jean-Pierre Cohard, président de Nord et Loire tabac.
© AA

Quel sera le prix du tabac en 2010 ? La question était sur toutes les lèvres lors de l’assemblée générale de producteurs mercredi 9 décembre, à Saint-Laurent-de-la-Plaine. Avec la suppression des aides européennes au 1er janvier prochain, les producteurs, (ils sont 2 681 exploitations en France) se retrouvent privés de lisibilité. «  Nous allons semer le tabac en mars, planter en mai et livrer en septembre-octobre, sans savoir à quel prix il sera rémunéré », a résumé Jean-Pierre Cochard, président de Nord et Loire tabac. Le prix commercial de 1,70 euro/ kilo est loin d’être rémunérateur sans  la prime européenne de 2,5 euros/ kg. « Des mesures compensatoires à hauteur de 2,5 euros/kg devront être trouvées », a souligné le responsable professionnel. Des discussions sont en cours entre l’État et les fabricants de cigarettes.
Cette aide européenne s’élevait à 48 millions d’euros pour la production française. Pour compenser cette perte, les producteurs ont calculé qu’il suffirait de « prélever 1,76 centime d’euro par paquet de cigarette consommé en France. Ce système de soutien serait parfaitement applicable et de façon quasi-indolore pour les fumeurs ».

Un soutien public
Pour Jean-Pierre Cochard, le tabac reste, quoi qu’il en soit, un marché porteur, dans la mesure où l’on ne produit en France que 30 % de la consommation, et dans les mêmes proportions en Europe, et que l’on dispose de peu de stock au niveau mondial. Mais, « au-delà des nécessaires actions en direction du marché et de la filière, a insisté Jean-Pierre Cochard dans son rapport d’orientation, la pérennité de cette production passera par une forte volonté des pouvoirs publics nationaux ». Le revenu d’un hectare de tabac correspond environ au revenu dégagé par 10 hectares de productions céréalières. À côté des polyculteurs-éleveurs, de plus en plus de producteurs se spécialisent dans le tabac avec des surfaces de 40 à 60 hectares parfois.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités