Aller au contenu principal

Aviculture
Taxe carbone : ¾ remboursé, ¼ compensé, pas pour toutes les productions

La FRSEA et le Cravi des Pays de la Loire dénoncent le paiement à 100 % de la taxe carbone.

Les exploitations qui utilisent du fioul lourd et/ou domestique ainsi que du gaz naturel se verront exonérer à 75 % de la taxe carbone. Par contre les exploitations utilisant du butane ou du propane devront payer 100 % de cette nouvelle taxe, sans remboursement.
Les exploitations qui utilisent du fioul lourd et/ou domestique ainsi que du gaz naturel se verront exonérer à 75 % de la taxe carbone. Par contre les exploitations utilisant du butane ou du propane devront payer 100 % de cette nouvelle taxe, sans remboursement.
© Réussir : Stéphane Leitenberger

Les responsables avicoles de la FRSEA et du Cravi des Pays de la Loire dénoncent le paiement à 100 % de la taxe carbone sur les gaz pétroliers liquéfiés (butane et propane).
Le projet de Loi de finances pour 2010 instaure un nouvel impôt, la taxe carbone. Celle-ci sera appliquée à partir du 1er janvier 2010 sur l’ensemble des produits énergétiques, utilisés ou destinés comme carburant ou combustible.
En contre partie, les contribuables recevront une aide via un crédit d’impôt.
Les agriculteurs, toutes productions confondues, sont déjà handicapés par des charges très lourdes sur leurs exploitations et ne peuvent en aucun cas supporter la nouvelle taxe carbone.
Cet argument semble avoir été entendu pour une partie du monde agricole. Les exploitations qui utilisent du fioul lourd et / ou domestique ainsi que du gaz naturel se verront exonérer à 75 % de la taxe carbone, a confirmé le 27 octobre, le président de la République. Par contre les exploitations utilisant du butane ou du propane devront payer 100 % de cette nouvelle taxe, sans remboursement, soit 48,40 € par tonne de gaz.
« Cette discrimination à l’intérieur du monde agricole est inadmissible et injustifiée » déclare Christophe Labour, président de la section avicole de la FRSEA des Pays de la Loire.
La production avicole française a déjà perdu de la compétitivité face à ses concurrents européens voire mondiaux, constat principalement lié à un surplus de taxes et de réglementations franco-françaises.
« Comment allons-nous pouvoir continuer d’approvisionner nos outils d’abattage et de transformation, sources d’emploi et d’économie, si nous n’installons plus de nouveaux éleveurs ? » s’interroge Jean-François Ramond, président du Cravi des Pays de la Loire. Il est primordial pour l’avenir de la filière avicole ligérienne mais également par équité au sein du monde agricole, que les utilisateurs de butane et de propane tels que les aviculteurs soient eux-aussi exonérés à 75 % du montant de la taxe carbone.
Pour appuyer cette demande qui est justifiée, les parlementaires de la région ont été sollicités et le ministère de l’Agriculture alerté. « L’instauration de nouvelles taxes et réglementations doit  cesser, il en va du devenir de l’aviculture française », prévient Christophe Labour.

Céline JOLY
FRSEA

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités