Aller au contenu principal

Taxe Trump sur le vin : les vignerons angevins pénalisés

Les États-Unis représentent 27 % du chiffre d’affaires export des vins du Val de Loire. La taxe Trump a plombé un marché export pourtant dynamique. Témoignage de vignerons angevins concernés.

Au Domaine du Petit clocher, l’export représente 20 % du chiffre d’affaires.
Au Domaine du Petit clocher, l’export représente 20 % du chiffre d’affaires.
© AA

Cela fait plus 10 ans que le domaine du Petit clocher exporte  leurs vins aux États-Unis. Essentiellement de l’Anjou rouge, de l’Anjou blanc et du rosé d’Anjou. « Ce marché représente 25 % de notre chiffre d’affaires export », explique Vincent Denis, un des
3 associés du domaine au Cléré-sur-Layon. « Il y a une forte demande de la part des américains. Les vins en Val de Loire sont appréciés pour leur fraîcheur. Ils sortent des standards des vins français déjà connus. » Mais fin 2019, l’instauration de la taxe Trump - 25 % de droit de douane - a freiné les ventes des vignerons. « Pourtant, ce marché se développait bien. En 2019, il représentait un tiers de nos ventes à l’export. Depuis la mise en place de la taxe, nos 8 ou 9 clients ont commandé les mêmes références que les autres années mais en moins grande quantité. » Pour accompagner ses clients, le domaine a fait des remises de 5 %, offert des dégustations... « Mais on ne peut pas se permettre de prendre à notre charge la totalité des frais supplémentaires... »
De nombreux
intermédiaires
Le système de commercialisation du vin aux états-Unis est particulier. Le produit doit passer par trois agents (importateur / distributeur / détaillant) pour arriver du vignoble au consommateur final. Ces trois échelons sont inévitables. Résultat : « depuis la taxe
Trump, le prix du vin français a été multiplié par 1,8 auprès des consommateurs ».
L’extension de la taxe aux vins en vrac, vins de plus de 14 degrés et spiritueux à base de vin depuis le 12 janvier sera un nouveau coup dur pour les vignerons. « 2 de nos vins que nous exportions bien vont maintenant être taxés... » Un Anjou blanc et un Anjou villages millésime 2018.
Vincent Denis demeure  optimiste : « avec l’élection de Joe Biden, on va revenir à la normale. Même si ce n’est pas pour tout de suite... »
à Saint-Just-sur-Dive, le domaine Arnaud Lambert exporte 45 % de sa production. 55 % est destiné aux états-Unis. « à l’annonce de la taxe, nos clients ont fait des commandes très importantes avant qu’elle ne soit appliquée », note Géraldine Lambert, responsable commercial du domaine bio. à partir de janvier 2020, les commandes se sont ralenties. « Au global, sur l’année, les ventes se sont maintenues. Tout a ralenti en avril. Mais entre le Covid et la taxe, le marché est tellement mou qu’on ne sait pas à qui rejeter la faute... »
L’agent, l’importateur et le domaine ont pris à leur charge les frais supplémentaires liés à taxe. « Chacun un tiers. », précise la responsable commerciale. Et de rappeler : « Nos prix à l’export sont beaucoup moins élevés que des vins de Bourgogne par exemple. On reste sur des prix abordables pour les clients. » L’extension de la taxe n’inquiète pas outre mesure le domaine. « Cela ne va concerner que quelques vins. » Le domaine Arnaud Lambert attend aussi une suppression de cette taxe « pour remettre nos prix classiques. »

Les États-Unis, premier marché export des vins du Val de Loire


Les Etats-Unis est le premier marché export des vins du Val de Loire. En octobre 2020, les Etats-Unis représentaient 27 % du chiffre d’affaire export, soit 21 % en volume. Mais ces chiffres 2020 sont en baisse par rapport à 2019. « Le chiffre d’affaires des exportations vers les USA a baissé de 22 %  par rapport à 2019. En volume, cela représente une baisse de 17 % par rapport à l’année précédente », note Anne-Sophie Lerouge, directrice de la communication d’InterLoire. Est-ce les effets de la taxe Trump ? « Sans doute. Mais c’est aussi dû à la faible récolte de 2019. » Le Royaume-Uni est le 2e marché du vignoble du Val de Loire. En octobre 2020, il représentait 17 % en valeur et 20 % en volume. « Ce marché est en progression d’année en année. Le Brexit ne devrait pas avoir d’impact négatif. » Aucune taxe douanière n’est à déplorer. « Le Brexit ne va engendrer que des formalités douanières supplémentaires. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités