Aller au contenu principal

Tiny house recherche terrain

Camille Davy et Anthony Chevallier rêvent d’aventure et de nature. Ensemble, ils construisent une tiny house (micro-maison itinérante) depuis près d’un an, et recherchent une parcelle agricole en Loire-Atlantique ou en Maine-et-Loire pour pouvoir s’installer quelques mois.

Le jeune couple, Camille Davy et Anthony Chevallier, construit une tiny house depuis près d’un an.
Le jeune couple, Camille Davy et Anthony Chevallier, construit une tiny house depuis près d’un an.
© AA

Une tiny house, c’est une micro-maison, dépassant rarement les 40 m2. L’esprit est à la réduction de l’espace et à son optimisation, tout en se recentrant sur l’essentiel. Mouvement qui vient des Etats-Unis pour répondre à la crise du logement, aujourd’hui ce type d’habitat trouve de plus en plus d’adeptes.

C’est à la suite d’un voyage en Inde que l’idée a germé dans la tête du jeune couple, Camille Davy et Anthony Chevallier. Lui est paysagiste au sein d’une entreprise nantaise. Elle, fille d’agriculteurs, termine sa formation en tant qu’architecte d’intérieur. « On est resté 7 mois en Inde, et tout était pollué, dénaturant tout. De plus, nous n’avions que des sacs à dos, et à la fin du voyage, nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas utilisé tout ce que nous avions », raconte Camille Davy. Cette expérience leur a donné envie de renouer avec la nature, et de vivre avec moins. « La tiny house était le choix parfait, car elle nous permettra également de voyager en France ! », assure la jeune femme. Alors, le couple construit sa maison depuis plus d’un an. Les compétences de paysagiste et d’architecte d’intérieur ont permis d’échafauder les plans et de réaliser un maximum de travaux de manière autodidacte.

La tiny house est sur le point d’être terminée, et le couple espère s’y installer en octobre. D’une hauteur de 4,25 m, de 6,50 m de long et de 2,50 m de large, c’est un nid douillet de 23 m2 qui les attend. « Au niveau de la conception, on a voulu quelque chose de très naturel, qui s’intègre dans le paysage. On a choisi des matériaux naturels, du bois, et des couleurs se rapprochant de la nature », détaille Camille Davy. Pour la construction de cette maison, le couple a dépensé plus de 40 000 euros, soit deux fois moins que s’ils avaient fait appel à une entreprise.

Un réel engouement

Dans leur entourage et en dehors, il y a un réel engouement pour leur projet. « Sur Instagram, on a des personnes que l’on ne connaît même pas qui souhaitent venir voir la maison ! », s’amuse Camille Davy. La tiny house est construite à Daumeray, sur l’exploitation des parents et du frère de la jeune femme.

« On souhaitait avoir un projet avec aucun impact sur l’environnement, une manière différente de voir nos modes de vie, moins consuméristes, se recentrer sur l’essentiel, qui est la nature et l’environnement », explique la futur architecte d’intérieur. Actuellement, le couple habite dans un immeuble en plein cœur de Nantes, loin de leur besoin de nature. « On souhaite s’installer pour plusieurs mois sur une parcelle agricole, car c’est en campagne que nous sommes les plus heureux. Nous avons juste besoin d’accès à l’eau et à l’électricité, et nous pouvons payer ou aider l’exploitant », conclut Anthony Chevallier. Avant de partir sillonner la France à bord de leur tiny house.

M.M.

Suivez les sur leur page Instagram @_lesgrainestrotteuses

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités