Aller au contenu principal

Filière bovine
Toute la filière s’était donnée rendez-vous au salon Sefi’Bov

La première édition de Séfi’bov, jeudi et vendredi dernier à Angers, a accueilli près de 3 000 professionnels. Au programme : des concours animaux, des conférences et des rencontres.

Dans les stalles, des limousines, des charolaises mais aussi plusieurs races en présentation : la hereford, la rouge des prés, la blonde d’Aquitaine.
Dans les stalles, des limousines, des charolaises mais aussi plusieurs races en présentation : la hereford, la rouge des prés, la blonde d’Aquitaine.
© AA
Les organisateurs comptabilisaient 3 000 entrées à la fermeture du premier salon Séfi’bov, vendredi soir. Le Grand palais, transformé pour l’occasion en immense foirail, a vu défiler des visiteurs professionnels de toute la filière, venus des Pays de la Loire et des régions limitrophes mais aussi des délégations d’acheteurs de Grèce, du Portugal, d’Allemagne et d’Italie. Des présentations d’animaux de boucherie de différentes filières de qualité, des concours en limousins et charolais (lire page 5), des conférences et de nombreuses rencontres sur la cinquantaine de stands se sont succédé pendant ces deux jours. Dans un contexte de marché tendu, surtout en jeunes bovins et en veaux de boucherie, ce salon avait pour vocation de lancer un signe fort d’espoir aux éleveurs et à l’aval, présents en bonne place sur le salon. « Le comité d’organisation de Séfibov ne conçoit pas la production régionale sans la transformation régionale. Même si nous avons parfois entre nous des relations sans concession, nous savons que nous avons besoin les uns des autres pour l’intérêt des éleveurs de la région », a rappelé Ludovic Pageaud, qui présidait le salon en tandem avec Guy Hermouet. L’avenir de la filière repose sur « la contractualisation » , a martelé ce dernier. Cette contractualisation doit selon lui aller encore plus loin qu’aujourd’hui : « le partage des risques, positifs comme négatifs, entre tous les partenaires de la filière, doit nous permettre de jouer gagnant-gagnant ».

De l’animal sur pied au packaging
Côté stands, beaucoup de contacts se sont noués, avec l’amont et l’aval. Socopa, premier abatteur français, entendait, par sa présence, « manifester (son) implication forte dans la pérennité des filières bovines », comme l’expliquait Pierre-Yves Perrin, directeur des relations extérieures du groupe coopératif. « On aurait juste aimé voir un peu plus d’éleveurs ». Chez Charal, on a également apprécié le lien entre animaux et produits finis. « Nous avons engagé dès 2001 des partenariats pour sécuriser nos appros et sécuriser le revenu des éleveurs », indiquaient Benoît Cavrel, responsable des achats du groupe et Dorothée Taillandier, responsable des référencements élevage.
« Nous avons reçu des adhérents éleveurs, des responsables des outils d’abattage, et aussi des clients de la GMS. Nous avons pu leur présenter les animaux et tout le travail en filière », expliquait pour sa part Christophe Godet, président de Ter’élevage et producteur de viande bovine dans les Deux-Sèvres. « Entre le Sommet de l’élevage de Clermont, spécialisé naisseurs, le Space et le Salon de l’agriculture, axé grand public, Séfi’bov devrait trouver toute sa place », estime-t-il. C’est tout ce qu’on lui souhaite en attendant la prochaine édition.
S.H.

Concours régional et inter-régional Limousin et Charolais

Concours régional Limousin
Prix championnat.
Challenge de l'Espérance mâle, prix de L'Anjou agricole, Baril, Joël Bodineau (Saint-Herblon, 44) ; Challenge de l'Espérance femelle, Agence, EARL Lemesle (La Pouëze, 49) ; Championnat mâle adulte, Vainqueur, EARL Edelweiss Aubert (Le Buret, 53) ; Championnat femelle adulte, Udine, SCEA Claude Cesbron (Vezins, 49).
Prix spéciaux.
Trophée du HBL, Vainqueur, EARL Edelweiss Aubert
(Le Buret, 53) ; Prix mâle d'IA, Timbre, Mickaël Martineau (Torce, Viviers-en-Charnie, 53) ; Prix femelle d'IA, Biche, Gaec Martinière (Feneu, 49) ; Prix Taureau qualifié RR et RRE, Toulousin, Christian Sauvage (chammes, 53) ; Prix vache qualifiée RR et RRE, Ordalie, Gaec Chauveau (Douillet-le-Joly, 72).
Concours inter-régional Charolais
Prix spéciaux.
Prix d'honneur veaux
mâles, Balzac, Gaec du Jenifa (Cristot, 14) ; Prix d'honneur Jeunes taureaux (junior), Babacool, Gaec Orceau Potier (Saligny, 85) ; Prix d'honneur mâles adultes (senior), Voltaire, Gaec Richard (Saint-Reverend, 85) ; Grand prix d'honneur mâles, Voltaire, Gaec Richard (Saint-Reverend, 85) ; Prix d'honneur veaux femelles, Bergère, Jacky Marionneau (Le Poiré-sur-Vie, 85) ; Prix d'honneur Jeunes femelles, Boucle d'or, EARL Longépé (Champ-sur-Layon, 49) ; Prix d'honneur femelles adultes, Statue, Gaec Godet Retailleau (Les Chateliers, 85) ; Grand prix d'honneur femelles, Statue, Gaec Godet Retailleau (Les Chateliers, 85) ; Prix d'ensemble femelles adultes, Violette, Valériane, Angevine appartenant à EARL de la Salle (Corzé, 49) ; Prix d'élevage, Violette, Valériane, Angevine et Velours appartenant à EARL de la Salle (Corzé, 49) ; Prix de synthèse femelle, Sarthe, Gaec Haut chêne (Bellou-sur-Huisne, 61) ; Prix de synthèse mâle, Triton, Raymond Ménard (Chambellay, 49).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités