Aller au contenu principal

Trouver des débouchés en urgence

Les éleveurs des Cerfs de la Fardellière, à Valanjou, comptent sur les ventes de Noël pour sauver leur année, et diversifient d’ores et déjà leurs points de ventes.
Les éleveurs des Cerfs de la Fardellière, à Valanjou, comptent sur les ventes de Noël pour sauver leur année, et diversifient d’ores et déjà leurs points de ventes.
© Les Cerfs de la Fardellière

Aux Cerfs de la Fardellière, ce sont 70 biches en production, pour un total de 240 animaux, qui profitent des 80 ha de Freddy Jacquet et émilie Gaschet. Une biche fait un petit par an, qui grandit jusqu’à l’âge de 18 mois pour être abattu en tant que daguet. D’ordinaire, la quasi-totalité de la production de la ferme est vendue sur l’exploitation, située à Valanjou.


Fermeture du restaurant
Mais décidément, 2020 n’est pas une année ordinaire, et il a fallu s’adapter pour le couple d’éleveurs. Avec le reconfinement, le restaurant est fermé, et les activités sont reportées. De plus, l’incertitude qui règne quant à la possibilité de fêter Noël en famille freine les commandes de viandes. « Avec les marchés de Noël qui sont annulés, nous nous retrouvons avec beaucoup moins de moments de ventes. Nous avons donc décidé de modifier notre stratégie pour écouler la viande », déclare Freddy Jacquet. Ainsi, les exploitants se tournent vers les marchés hebdomadaires du département, le drive fermier d’Angers et favorisent le retrait de colis à la ferme en misant sur la disponibilité. Lors du premier confinement, l’élevage avait perdu près de
20 000 € de chiffre d’affaires. Dont une grande partie sur le seul restaurant. « En tant qu’agriculteur-restaurateur, on a un statut un peu particulier, c’est une niche. Nous étions complètement autonomes sur nos ventes avant, et nous découpons la viande à la ferme. Aujourd’hui, il faut que l’on trouve nos débouchés, seuls », détaille émilie Gaschet.


La vente directe comme bouée
Impensable de ne pas vendre, car il reste déjà des animaux du premier confinement. « Une vingtaine en plus », confie l’éleveur. Les animaux commenceront à être abattus fin novembre. D’ici-là, les éleveurs espèrent avoir un peu plus de visibilité sur les fêtes de fin d’année pour estimer la demande. « Tout ce qu’on a mis en place depuis 3 ans en termes de stratégie commerciale s’effondre d’un coup. Mais c’est temporaire. En attendant, il faut vendre en urgence pour s’en sortir », alerte émilie Gaschet. Cependant, pas question de tomber dans la sinistrose. « On fait une viande éthique, de qualité, et festive. Cela permet de rester positif ! ». Et d’espérer que les ventes à la ferme des 12, 13 et 18, 19 décembre porteront leurs fruits.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois