Aller au contenu principal

Main-d’œuvre
Un accord régional pour intégrer l’emploi agricole

Pôle emploi et les instances agricoles ont signé un accord-cadre régional la semaine dernière en Anjou.

Selon Pôle emploi, l’agriculture est le deuxième secteur (derrière les services) qui devrait recruter le plus de personnel cette année (fruits, légumes et vignes).
Selon Pôle emploi, l’agriculture est le deuxième secteur (derrière les services) qui devrait recruter le plus de personnel cette année (fruits, légumes et vignes).
© AA

Derrière l’Aquitaine, la région des Pays-de-la-Loire est le second employeur de main-d’œuvre agricole avec près de 80 000 salariés (source : MSA 2008) soit l’équivalent de 24 710 temps plein (ETP). Les productions végétales spécialisées (maraîchage, arboriculture, horticulture et pépinière) représentent 53 % des ETP. Selon une enquête de Pôle emploi, l’agriculture - derrière les services - est l’un des métiers qui devrait recruter le plus cette année (12 % des projets de recrutement), « en particulier dans la culture de la vigne, des fruits et des légumes ».
Cependant, « l’emploi agricole ne bénéficie pas toujours d’une image positive », déplore Dominique Bouhier, président de l'Association régionale pour l'emploi et la formation en agriculture (Aréfa). Et les exploitations peinent à recruter par moment : « Fin mai, je trouve facilement des étudiants pour l’épamprage. Les vendanges sont plus délicates : seul le coteau du Layon n’est pas vendangé à la machine. Des périodes de quelques jours de travail s’étalent de mi-octobre à la Toussaint, voire jusqu’au 11 novembre. Je dois refuser les demandes extérieures et trouver des vendangeurs locaux », explique Pierre Millet, le régisseur du domaine Chupin, à Champ-sur-Layon. La recherche de salariés agricoles est aussi liée à la reprise économique : « L’agriculture est dans le même vivier que les secteurs du bâtiment,
des emplois saisonniers, des services… », souligne Claude Cochonneau, président de la Chambre régionale d’agriculture.

Les axes de l’accord

La semaine dernière, Claude Cochonneau a paraphé un accord-cadre régional avec Pôle emploi, une déclinaison d’un accord national pour renforcer leur coopération. « L’enjeu est d’assurer sur le moyen terme, le renouvellement d’une population de salariés vieillissante et
d’assurer la demande en main-d’œuvre qualifiée suite aux évolutions techniques », explique Jean-Claude Dollet, président de la Commission paritaire régionale de l'emploi (CPRE) et cosignataire de l’accord avec l’Aréfa. La coopération entre les acteurs agricoles et de l’emploi repose sur la réalisation d’un diagnostic des besoins en recrutement et en formation, sur la proposition de parcours qualifiants et professionnalisants, sur la promotion des métiers de l’agriculture et sur la satisfaction des besoins en recrutement. Enfin, un observatoire régional de l’emploi et la formation agricole est en réflexion pour apporter de la lisibilité aux employeurs et aux salariés.

Julien Bernier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités