Aller au contenu principal

Légumes
Un bilan de campagne désastreux pour les exploitations maraîchères

Après un mois d’avril prometteur, la météo capricieuse qui a suivi n’a pas épargné les productions.

Les producteurs légumiers n’en reviennent pas. Après un mois d’avril estival qui laissait présager un bon début de campagne, la météo capricieuse depuis le mois de mai, n’a cessé de jouer avec les nerfs des maraîchers. L’excédent d’eau et les températures, fraîches pour la saison, sont à l’origine d’une diminution des rendements, de la prolifération de maladies mais surtout de la baisse de la consommation. Interfel, l’interprofession des fruits et légumes frais, indique que celle-ci avoisine les moins 8 % en comparaison à la moyenne des quatre dernières années. Il faut dire que cet été, la tendance était plutôt aux produits à connotation plus automnale.

Des cours à la baisse
Cet été atypique risque d’avoir de lourdes conséquences sur l’avenir des exploitations maraîchères françaises. Depuis plusieurs mois, la baisse inconsidérée du prix des légumes à la production, qui d’ailleurs n’est pas toujours répercutée en magasin, combinée à une diminution des volumes, inquiète les producteurs. La profession, très consommatrice en énergie et en main-d’œuvre, est particulièrement touchée par les hausses consécutives du Smic et du prix de l’énergie. De plus, ces charges qui pèsent sur les exploitations créent un véritable handicap face à des concurrents comme l’Espagne, le Maroc ou la Turquie.

La nécessité d’une stratégie commune
La Fédération nationale des producteurs de légumes souligne que la météo n’a fait qu’accentuer des dysfonctionnements auxquels les producteurs doivent faire face. Pour enrayer le phénomène, la FNPL propose aux professionnels de la filière mais également aux pouvoirs publics, des axes de réflexions autour de trois thèmes : les relations avec le commerce, la baisse des charges et l’adaptation des entreprises. Concrètement, la FNPL souhaite, entre autres, l’expérimentation de la TVA sociale, une suppression des remises, ristournes ou rabais sur factures ainsi que des mesures de soutien pour le développement de la cogénération.

Hélène PAUCET
FRSEA Pays de la Loire
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités