Aller au contenu principal

Veaux de boucherie
Un chauffe-eau solaire pour l’eau de la buvée des veaux

A Châteauneuf sur Sarthe, le Gaec Crasnier a installé une centrale solaire thermique pour chauffer l’eau de la buvée des veaux.  

à Chateauneuf sur Sarthe, Jean-Louis Crasnier a une centrale de chauffe eau solaire thermique FengTech qui lui permet de chauffer 3 600 litres d’eau.

Limiter la consommation de gaz. C'est le 1er objectif du Gaec Crasnier en installant un système de chauffe-eau solaire FengTech près de son bâtiment de veaux de boucherie. A Châteauneuf sur Sarthe, l'exploitation a un élevage de veaux de boucherie de 400 places. Les 2 associés, Maxime et Jean-Louis Crasnier, travaillent avec Denkavit. Ils ont fait installer la centrale solaire de chauffe-eau thermique en juin 2021. Composée de 12 chauffe-eau de 300 litres, elle permet de chauffer 3 600 litres d’eau. Le coût ? 43 000 euros. Après plus d’un an d’utilisation, l’agriculteur est très satisfait de son investissement.

L’eau chauffée est utilisée pour la buvée des veaux.  Pour diluer la poudre de lait, l’éleveur a besoin d’une eau à 80°C. Une fois le mélange réalisé, la buvée est servie à 40°C « pour une bonne digestibilité », précise l’éleveur Jean-Louis Crasnier. à partir du moment où les veaux sont en pleine croissance, l’élevage a besoin de 3 200 litres par jour. « Les veaux consomment 8 litres d’eau par jour. Il me faut 3 m3 d’eau chaude par jour », explique Jean-Louis Crasnier. La centrale solaire permet de chauffer l’eau jusqu’à 100°C par temps lumineux. L’eau peut monter à 25°C, par temps gris. Comment ? Les tubes sous vide construits  avec un alliage de fer, cuivre et d’aluminium sont conçus pour capter le rayonnement solaire. Fixés sur un sol blanc, en plein Sud, les modules solaires captent la luminosité à 360°.  « La technologie brevetée FengTech permet d’économiser 900 à 1 000 kWh/m2 sur ce type d’élevage », souligne Hugo Jeuland, technico-commercial de la société FengTech. « Notre système est 2 fois plus efficace que des chauffe-eau solaires ancienne génération. » Peu importe le climat pour utiliser ce système, puisque c’est le rayonnement plus que la chaleur qui importe. « On a de très bons résultats en hiver. Par exemple, ce dimanche, près de Rennes, nous avons eu une gelée entre - 1°C et - 2°C, des éleveurs m’ont dit avoir une eau à 80°C le lendemain. »  Constat partagé par l’éleveur de Châteauneuf sur Sarthe. « Même s’il fait froid, tant qu’il y a du soleil, l’eau chauffe. »
L’eau est réchauffée par les capteurs sous vide puis elle remonte vers le ballon de stockage situé au-dessus. « Cette circulation naturelle est appelée effet thermosiphon », précise Hugo Jeuland. C’est qui permet de stocker et de chauffer jusqu’à 100°C de grandes quantités d’eau.
Un vide dans le tube sert d’isolant naturel. L’eau chaude peut le rester pendant 24 heures.
4 tonnes de gaz économisées
« La cuisine de l’élevage est automatisée. Le premier transfert d’eau chaude a lieu à 3 ou 4 h du matin. L’eau utilisé est chauffée grâce à la luminosité de la veille », note l’agriculteur. La 2e buvée est réalisée 12 h plus tard.
La centrale solaire est connectée au système de chauffage existant. « Si l’eau n’est pas assez chaude, en sortant des chauffe-eau, la chaudière à gaz prend le relais ». Difficile pour l’éleveur de mesurer les économies de gaz réalisées.  « L’arrivée d’un lot et ma livraison de bonbonnes ne coïncident pas... » Avec la hausse du prix du gaz annoncée, l’agriculteur a préféré faire du stock...
Pour son dernier lot parti fin octobre, il estime avoir utilisé seulement 180 kg de gaz. Selon les estimations de la société FengTech, « le système de Jean-Louis Crasnier permet de produire 53 000 kwh, ce qui lui permet d’économiser plus de 4 tonnes de gaz (propane) par an. »  L’économie réalisée permet au Gaec de rembourser l’annuité de l’investissement.


FengTech déploie sa technologie dans le Nord-Ouest de l’Europe
La société FengTech, basée à Laval en Mayenne, est spécialisée dans les équipements de centrales solaires thermiques pour les professionnels avec à ce jour 6 brevets déposés. Aujourd’hui, une cinquantaine  d’exploitations utilisent le système développé par l’entreprise mayennaise. « On a une trentaine d’installations en veaux de boucherie. Sinon, il y a aussi des éleveurs laitiers qui l’utilisent pour le nettoyage de la salle de traite. Ou des éleveurs de porc ont des centrales pour le chauffage de la maternité... », précise Hugo Jeuland, technico-commercial de FengTech. « Dès qu’il y a un réseau d’eau, on peut intervenir ».
L’entreprise a été retenue pour le projet européen Icare4Farms depuis 2020*. Le but du projet ? Réduire les émissions de CO2 et augmenter la part des énergies renouvelables dans l’équilibre énergétique des fermes. Pour cela, le projet Icare4Farms souhaite promouvoir le solaire thermique dans le Nord-Ouest de l’Europe. C’est dans le cadre de ce projet que la technologie développée par FengTech sera bientôt déployée en Belgique, en Allemagne, en Irlande et aux Pays-Bas, « là où le temps est changeant et nuageux », note le technico-commercial.


* Les principaux partenaires du projet sont Interreg Europe, Laval Mayenne Technopole, l’AC3A et la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois