Aller au contenu principal

FNPFruits
Un congrès sous haute tension

Son congrès avait lieu dans la Drôme les 27 et 28 janvier derniers.

C’est dans une ambiance particulièrement tendue que s’est achevé le 64e Congrès des producteurs de fruits. Dans son discours de clôture, Bruno Dupont, président de la FNPF, n’a pas omis de rappeler les attentes fortes des arboriculteurs pour passer le cap d’une campagne 2009-2010 désastreuse. Les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy sont jugées
inadaptées et insuffisantes :
« Que penser d’un plan d’aides qui ajoute de l’endettement à l’endettement », et qui est plafonné à
15 000 euros. Consciente que certains producteurs ne pourront passer cette crise sans précédent, la FNPF réaffirme la nécessité de l’instauration d’un plan exceptionnel d’arrachage. Pour envisager leur avenir, les exploitations arboricoles attendent des ré-ponses claires sur le coût du travail et la moralisation des pratiques commerciales. Pour gagner en compétitivité, la FNPF demande la mise en place d’une « contribution au maintien de l’emploi » qui ferait « porter le financement des régimes sociaux sur d’autres prélèvements que les revenus du travail ».

« Encadrer le prix de vente »
Selon le ministre de l’Agriculture, le sujet des charges sociales sera traité dans les semaines à venir mais d’ores et déjà, il réaffirme « une réduction importante du coût du travail occasionnel, qui passe à 9,29 €/h » (sans les 10 % de congés payés) avec effet au 1er janvier 2010. La compétitivité passe par une meilleure valorisation des produits et Bruno Le Maire souhaite se servir de la Loi de modernisation agricole pour « encadrer le prix de vente », interdire les remises, rabais et ristournes « en période de crise » et « rendre obligatoire le contrat écrit dans le secteur des fruits et légumes ». Toutefois, le ministre a rappelé que pour peser sur le marché, les producteurs doivent poursuivre leurs efforts d’organisation et, pour les inciter à la concentration commerciale, il se battra « pour obtenir une modification du droit de la concurrence européen ». Seul sujet non abordé dans cette intervention, l’éventualité d’un plan d’arrachage pour 2010.

Hélène PAUCET, FRPF

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités