Aller au contenu principal

Un cycle de réflexion sur l’élevage

La session de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire s’est déroulée vendredi 26 juin à Angers, en présentiel (et visio pour une partie des participants). Au menu, le lancement d’un travail collectif sur l’élevage ligérien.

© AA

Ne pas rester les bras ballants devant la courbe déclinante du nombre des éleveurs. C’est l’objectif que se sont fixées la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire et les
5 chambres départementales en lançant un cycle de réflexion sur l’élevage.
Celui-ci doit aboutir en fin d’année à une stratégie et un plan d’action. Lors de la session Chambre du 26 juin, l’heure était aux constats et aux enjeux, posés par les deux élus pilotes de la réflexion, Stéphane Guioullier et Brice Guyau. « Plutôt que d’élevage, je voudrais parler des éleveurs. à la rigueur l’élevage ce n’est pas grave, ce qui importe ce sont les éleveurs, le territoire, l’économie », a résumé Stéphane Guioullier, président de la Chambre de Mayenne.


68 % du chiffre d’affaires généré par l’élevage
L’élevage en Pays de la Loire, c’est d’abord un poids économique. Sur les 5,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés par l’agriculture ligérienne, 68 % sont générés par l’élevage. L’élevage laitier, à lui seul, représente 23 % du chiffre d’affaires, mais le panel des productions est très large et comprend des productions spécifiques (gibier, caille, pigeon, lapin...). L’agro-alimentaire ligérien génère 13,4 milliards de chiffre d’affaires, dont près de 27 % sont réalisés à l’export. L’agriculture, ce sont aussi 35 200 chefs d’exploitation et 26 2000 etp salariés. Des chiffres qui illustrent bien l’importance que peuvent avoir les secteurs agricoles et agroalimentaires dans l’économie ligérienne, notamment dans les territoires ruraux.


Des productions en repli
Mais aujourd’hui, « les productions de viande sont en repli, sous l’effet conjugué d’une rentabilité insuffisante et d’une attractivité en berne », a exposé Patrick Louis, directeur du pôle élevage. Excepté en caprins, on observe une réduction sur toutes les productions. En volailles, on s’oriente vers une spécialisation en poulet de chair. L’évolution des élevages depuis une vingtaine d’années montre un besoin croissant en capitaux, avec en face, des résultats économiques qui ne progressent pas et qui sont marqués par une grande volatilité.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités