Aller au contenu principal

Pommes
Un début de campagne douloureux pour les producteurs

L’engorgement du marché entame le moral des arboriculteurs.

Les arboriculteurs, qui attendaient énormément de cette année pour réinvestir, confirmer la bonne saison passée et surtout éloigner le spectre de la crise de 2005-2006, commencent à
douter.
En septembre, tous les clignotants étaient au vert pour un bon début de campagne, de faibles stocks, une récolte communautaire en baisse, des fruits de qualité... Rien ne laissait présager des volumes quasi inexistants et des prix de vente inférieurs de 10 à 20 centimes par rapport à la campagne précédente.
Alors, quelles sont les causes de ce mauvais début de campagne ? Plusieurs facteurs sont venus s’additionner et déstabiliser le marché. Tout d’abord, le climat capricieux de cet été est à l’origine du télescopage des productions du sud et du nord de la France. À cela s’ajoute la sous-estimation des stocks et de la récolte. Pour preuve, rien que pour le Val de Loire la production est supérieure de 15 à 20 % par rapport aux prévisions. Les producteurs s’accordent pour dire qu’ils ont été surpris par l’ampleur de la récolte, une course aux frigos et aux pallox s’est alors instaurée entraînant un dégagement rapide d’une partie des produits et par conséquent un engorgement du marché. Il faut dire que les débats autour du pouvoir d’achat et du prix des produits alimentaires ne favorisent pas la consommation de produits frais.

Repartir sur de meilleures bases
Bruno Dupont, arboriculteur et président de la Fédération nationale des producteurs de fruits, souhaite mettre en avant l’importance de « repartir après les fêtes sur des prix rémunérateurs et des volumes décents. La solution viendra d’une dynamique organisée et d’une stratégie cohérente de l’offre ». Pour favoriser les échanges au sein de la filière, la FNPF organisait hier une table ronde au niveau de la première mise en marché, pour faire un point sur le déroulement de ce début de campagne et surtout envisager son évolution.
« Le temps perdu ne peut être rattrapé, mais si chacun y met du sien nous pourrons démarrer 2008 sur de meilleures bases ».
Hélène PAUCET
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités