Aller au contenu principal

Accueil
Un groupe traiteur au sein de Bienvenue à la ferme

Le réseau de Maine-et-Loire compte désormais 47 adhérents.

Georges Deschère, retraité, a passé le flambeau à Flore Rialland, la nouvelle présidente de Bienvenue à la ferme.
Georges Deschère, retraité, a passé le flambeau à Flore Rialland, la nouvelle présidente de Bienvenue à la ferme.
© AA

Avec la création d’un groupe “traiteur”, le réseau angevin de Bienvenue à la ferme ajoute une corde à son arc. Il propose désormais des prestations allant du buffet froid au repas assis, composées à partir de produits fermiers de Maine-et-Loire. Déjà en 2010, les producteurs ont assuré la restauration lors de la séance du vote du budget au Conseil général, ou encore d’un repas du personnel de la Chambre d’agriculture. Ils étaient présents également à Tech et Bio. Désormais, la formule est lancée et l’objectif du réseau est d’effectuer une dizaine de prestations de ce type par an. Ce sont les trois fermes-auberges du département, et notamment Philippe Trouillard, du Plessis-Grammoire, qui sont à l’initia-tive de cette activité traiteur. Se sont joints à ce groupe quatre adhérents pratiquant la vente de produits fermiers. Le groupe ne demande qu’à s’étoffer (le Maine-et-Loire compte 30 points de vente de produits de la ferme). “Il me paraît essentiel de fédérer ainsi des agriculteurs par des actions collectives de ce type”, souligne Flore Rialland, nouvelle présidente de Bienvenue à la ferme. Cette dernière a été élue en remplacement de Georges Deschère, lundi, lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée à la Dube, à Sainte-Christine. Le nombre d’adhé-rents au réseau continue de progresser : ils étaient une petite vingtaine il y a dix ans, on en compte aujourd’hui quarante-sept et quatre à cinq nouvelles exploitations de-vraient l’intégrer cette année encore. Un réseau qui reste jeune, puisque comme le précise Georges Deschère, “la tranche d’âge principale est constituée de personnes de 35 à 45 ans”. Toutefois, réussir une diversification demeure difficile : il faut “faire son trou, proposer des produits de qualité, et savoir les vendre et communiquer”. À ce jour, seulement la moitié des adhérents  du département ont un site internet, il reste des efforts à faire dans ce domaine. Pour aider les adhérents, Bienvenue à la ferme propose un kit pour communiquer sur le web.
En Maine-et-Loire, dans les mois à venir, les élus du réseau comptent renforcer leurs contacts avec les adhérents et proposer leur appui aux personnes qui se lancent dans la diversification.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités