Aller au contenu principal

Un guichet unique pour les porteurs de projets

Les acteurs départementaux de la méthanisation ont paraphé, lundi 27 mai à Angers, une charte de partenariat visant à accélérer le développement de la filière.

Les signataires de la charte de partenariat méthanisation, réunis lundi 27 mai au siège du Conseil départemental, à Angers.
Les signataires de la charte de partenariat méthanisation, réunis lundi 27 mai au siège du Conseil départemental, à Angers.
© Département 49

Améliorer la cohérence et la qualité de la filière. Telle est l’ambition de la charte de partenariat qu’ont signée, lundi 27 mai au siège du Conseil départemental à Angers, les acteurs de la méthanisation agricole. A savoir la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, la Région, GRDF1, GRTGaz, l’Ademe2, le Syndicat intercommunal d’énergies de Maine-et-Loire et l’association Aile.

Depuis 2017, ces partenaires sont regroupés au sein du collectif CapMétha 49.

L’objectif de la charte est d’accompagner les porteurs de projet sur toute la durée du processus - aujourd’hui entre 5 et 6 ans. De la réflexion sur la faisabilité à la prise de capital, de la montée en compétences des agriculteurs à l’appréciation des contraintes propres à chaque intervenant, du choix de la technologie (voie sèche ou liquide, etc.) à l’identification du gisement et du/des débouché(s) (injection ou cogénération).

« Nous voudrions aboutir à un guichet unique de la méthanisation dans le département », évoque Franck Dumaitre, directeur régional de l’Ademe.

L’engagement comporte aussi une finalité plus implicite : « prévenir l’émergence de dossiers concurrents à quelques kilomètres de distance, sur un même gisement méthanogène », escompte Emmanuel Pipard, administrateur de Aile, et porteur de projet en tant que président de la Cuma la Pouancéenne. Prévue par la charte, la création d’un outil de pilotage cartographique devrait y contribuer. Il permettra de suivre l’état d’avancement des installations, en tenant compte de la consommation des ressources.

D’ici à 2025, CapMétha 49 espère atteindre les 49 unités de méthanisation agricole en service en Anjou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités