Aller au contenu principal

Festi'élevage
Un National parthenais de très haute tenue

Le National parthenais a rassemblé 160 animaux de 35 élevages, ce week-end à Chemillé-en- Anjou. Un concours dominé par les Deux-Sévriens et les Angevins.

« Une très belle présentation, avec un dressage impeccable » : à l’issue du concours parthenais,  Lilian Babin, éleveur dans les Deux-Sèvres et le président de l’OS parthenaise, a tenu à féliciter les participants : « nous avons vu un lot de bêtes extraordinaire. On peut féliciter nos éleveurs qui ont commencé à soigner les animaux il y a plus de six mois ! ». Le président de l’OS parthenaise a également remercié Benoît Cesbron, président à la fois de Festi’élevage et du syndicat parthenais, et donc organisateur du National, événement reporté deux fois en raison du Covid, en 2020 et 2021.
Sur 18 prix spéciaux, 11 reviennent à des élevages des Deux-Sèvres et 7 à des élevages angevins. Le prix de championnat vaches a été remporté  par le Gaec la Guillotière (Vausseroux, 79), avec l’animal Nacelle et son veau  Titanic. Nacelle avait déjà été championne au Sommet de l’élevage 2021. Le Gaec la Guillotière, situé en Gâtines dans le berceau historique de la race, revient ainsi de Chemillé avec 3 prix spéciaux.
Quant au prix de championnat taureau adulte, il est attribué à Optimum, de  l’élevage angevin Gaec la Forêt Bonamy (Trémentines). « Optimum pourrait aller tenter sa chance au  prochain concours du Salon de l’agriculture à Paris », confie Philippe Charbonnier, éleveur, fier de la reconnaissance du travail de sélection accompli dans son élevage.  


5 prix spéciaux pour le Gaec Maison Guillemet
Le Gaec Maison Guillemet, de Lys Haut Layon, réalise une remarquable performance, puisqu’il revient avec pas moins de 5 prix spéciaux : le championnat génisses, le championnat vaches gestantes, le prix de famille par la mère, le prix de famille par le père, et le prix d’ensemble.  Pour ce dernier prix, le juge parthenais a salué « des vaches qui expriment au maximum leur développement musculaire, des animaux fins et très bien racés ». A noter aussi la performance du Gaec Loval (Saint-Quentin en Mauges), qui remporte le prix de synthèse mâle.
Durant tout le week-end, de  la viande de parthenaise Label rouge était proposée au menu des restaurants proches du théâtre foirail : «  c’est comme cela aussi que nous faisons la promotion de notre race et sa si bonne viande ! », a souligné Benoît Cesbron.


Une race en développement
Race à l’honneur cette année, la parthenaise compte, sur le territoire national, 53 000 naissances par an. 80 % de ces naissances sont réparties dans l’Ouest de la France, avec un noyau important dans les Deux-Sèvres, berceau de la race, en Vendée, en Maine-et-Loire et Loire-Atlantique. La race se développe aussi en Bretagne, Normandie et Bourgogne.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois