Aller au contenu principal

Un nouveau débouché pour la paille de blé

La petite botteleuse, une jeune entreprise angevine spécialisée dans la paille isolation, souhaite s'appuyer sur un réseau d'agriculteurs partenaires pour répondre aux demandes du bâtiment, en proposant des bottes au format adapté.

Le créneau de La petite botteleuse est de fournir à la filière du bâtiment des bottes de paille adaptées au format exigé pour l'isolation thermique (60 cm d'entraxe en ossature bois), inversant ainsi le fonctionnement actuel du marché.
Le créneau de La petite botteleuse est de fournir à la filière du bâtiment des bottes de paille adaptées au format exigé pour l'isolation thermique (60 cm d'entraxe en ossature bois), inversant ainsi le fonctionnement actuel du marché.
© AA

"La petite botteleuse", c'est une entreprise angevine, basée à Feneu, qui fait le lien entre agriculture, bâtiment et environnement. Quentin Remoué, ancien contrôleur laitier et gérant de la SARL, explique que « la création de l'entreprise est partie du constat qu'il était difficile pour les constructeurs d'identifier quels étaient les producteurs de petites bottes de paille, surtout pour l'isolation. C'est pourquoi nous avons choisi de nous positionner sur ce créneau spécifique ».

« Auparavant, l'ossature bois devait s'adapter aux bottes, et non l'inverse. C'était un vrai frein pour le développement de la filière paille isolation. Nous avons donc opté pour le positionnement inverse : nous proposons donc des bottes dans un format adapté aux ossatures », explique Quentin
Remoué. La petite botteleuse propose donc des bottes de 57,5 cm de large, contre 46 cm pour les bottes traditionnelles. L'épaisseur est de 36 ou de 22 cm, et la longueur est au choix. « Cela n'avait jamais été ni proposé, ni fait auparavant, souligne Jean-Claude Hérault, associé au sein de la SARL. Ce faisant, cela résoud un des problèmes de la filière bois ».

La petite botteleuse souhaite développer un réseau d'agriculteurs producteurs de petites bottes de paille. « Notre but est de travailler en partenariat avec les agriculteurs, en les intégrant et en leur fournissant des prix rémunérateurs ». Dans le Maine-et-Loire, Thierry Hervé, agriculteur à Bécon-les-Granits, est le premier membre du réseau. Aujourd'hui, le but des associés est de pouvoir recenser un agriculteur pour un rayon de 200 km, ce qui permet de couvrir l'ensemble du territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités