Aller au contenu principal

CAPL
Un nouvel outil industriel pour le quinoa d’Anjou

La Coopérative agricole du Pays de Loire (CAPL) investit 15 millions d’euros dans la construction d’un nouvel outil de travail dédié aux graines à Longué-Jumelles. Il sera partiellement en service à partir de juillet 2023.

Perles d'Anjou. C'est le nom donné au futur bâtiment de la CAPL situé dans la ZA Actiparc de Longué-Jumelles. Ce lourd investissement a pour but de répondre à la dynamique de développement de cultures en démarche filières de la coopérative, et en particulier celle du quinoa d’Anjou.
 

Doubler la production de quinoa
Cette année, la coopérative a collecté 3 500 tonnes de quinoa d’Anjou blond, rouge et noir. Mais elle ne compte pas s’arrêter là. « Aujourd’hui, tout le quinoa est stocké dans un silo de Brissac. Mais l’outil est saturé », explique Christian Blet, président de la CAPL, lors d’un point presse, jeudi 9 décembre, organisé en amont de l’assemblée générale.  
Perles d’Anjou pourra, à terme, réceptionner, nettoyer, calibrer, stocker et ensacher jusqu’à 10 000 tonnes de graines alimentaires - soit le double de la capacité du site actuel de Brissac – produites par les adhérents de la CAPL mais aussi d’autres structures locales.
Les travaux débuteront en avril 2022. Ce nouvel outil industriel sera composé d’une partie réservée à la réception des marchandises et à la mise aux normes humidité des marchandises, de 3 lignes indépendantes de triage de graines, d’un silo de stockage d’une capacité de 6 000 tonnes de matières brutes et de 2 lignes d’ensachage pour le conditionnement des graines en big bags et en sacs de 5 kg et de 20 kg.
« Le site sera, en partie, opérationnellement en juillet 2023. Dans un premier temps, il pourra traiter 6 000 tonnes de graines. à terme, il aura une capacité de 10 000 tonnes », précise Jean-Michel Mignot, directeur général de la CAPL.
La prochaine collecte de quinoa sera réceptionnée, séchée et triée à Perles d’Anjou. Seul le stockage sera encore assuré au silo de Brissac en attendant un transfert total des activités vers Perles d’Anjou à l’été 2023. « La modernité des installations et des lignes de triage va permettre de garantir une qualité irréprochable pour l’alimentation humaine », souligne le président de la CAPL. La coopérative envisage aussi de développer d’autres graines comme les lentilles, le sarrazin et les pois chiches...

Un financement atypique
Pour mener à bien ce projet,  la coopérative fait appel au financement participatif pour 2 millions d’euros. La CAPL a créé une Scic (Société coopérative d’intérêt collectif) pour permettre à quiconque de prendre des parts dans le financement du projet. « Tout le monde - particuliers, adhérents, partenaires bancaires...- peut investir dans notre projet à travers la Scic. La part sociale est fixée à 1 000 € », précise le directeur de la structure. « L’idée est de faire des particuliers les ambassadeurs du Quinoa d’Anjou. » La gratification pour investissement se fera en nature. « Si un particulier investit 1 000 €, il aura, chaque année, 40 € de quinoa d’Anjou », imagine Jean-Michel Mignot. Avis aux amateurs...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois