Aller au contenu principal

Bords de Routes
Un plan de fauchage pour protéger les zones de semences

FDSEA, Chambre d’agriculture et Fnams trouvent un accord avec le Conseil général pour l’entretien.

Plan de fauchage du Conseil Général
Plan de fauchage du Conseil Général
© AA

Depuis 2011, les routes du Maine-et-Loire font l’objet d’une fauche raisonnée avec pour objectif de préserver la faune et la flore qui vivent sur les accotements, tout en garantissant une bonne visibilité pour les automobilistes. à l’automne, la FDSEA, rejointe par la Fnams et la Chambre d’agriculture, avait interpellé les services du Conseil général car les problèmes se sont multipliés ces dernières années, essentiellement dans les zones de production de semences. 
En effet, pour éviter leur contamination par du pollen indésirable, les semences doivent être isolées de toute autre culture de variétés différentes. Les distances d’isolement sont rigoureuses mais des plantes indésirables peuvent proliférer sur les accotements (chicorée, radis, carottes sauvages…), au risque de déclasser certaines parcelles.

La profession entendue
Un accord vient d’être trouvé pour définir un périmètre sur lequel “la production de semences est forte et permanente, justifiant de faucher la totalité de l’accotement”. Les principes de fauchage seront adoptés par les agences techniques départementales lors de la première coupe de printemps, en mai, à savoir :
• Le fauchage de tout l’accotement des routes départementales sur une passe lorsque les accotements font moins de deux mètres de large ;
• Le fauchage de toute la largeur des accotements qui font plus de deux mètres de large, sur les routes suivantes (traits bleus sur la carte) :
- RD 347 du carrefour RD 61 à Corné jusqu’à la limite de Brion
- RD 144 de Beaufort-en-Vallée à l’autoroute A85
- RD 938 de Longué à Cuon
- RD 59 entre les Rosiers/Loire et Beaufort-en-Vallée
- RD 79 entre les Rosiers/Loire et Longué
- RD 761 : accotements de la 2x2 voies entre l’échangeur de Noyant la Plaine et le giratoire d’entrée de Doué-la-Fontaine (RD 83).
Lors de la seconde coupe en juillet, les accotements seront fauchés dans leur totalité.
Les agents techniques départementaux peuvent également intervenir à la demande, en dehors du zonage, lorsque des espèces sauvages apparaissent avec un risque d’hybridation dans les périodes sensibles.

Damien Boussiron

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités