Aller au contenu principal

Un préfet pragmatique face à la profession

Les questions environnementales étaient au cœur des discussions avec le nouveau préfet du Maine-et-Loire. Ce dernier a visité une exploitation de La Meignanne mercredi 15 novembre.

Le préfet Bernard Gonzalez s’est montré intéressé lors de la visite de l’exploitation de Jérôme Delêtre et Yves-Marie Houdmon.
Le préfet Bernard Gonzalez s’est montré intéressé lors de la visite de l’exploitation de Jérôme Delêtre et Yves-Marie Houdmon.
© AA

Bernard Gonzalez, le nouveau préfet du Maine-et-Loire, a usé de son franc parler lors de sa rencontre avec la FDSEA et les JA. Mercredi 15 novembre, il a visité une exploitation de La Meignanne, le Gaec du Brionneau. Quand on lui parle de réserve collinaire, il rétorque  : « allez-y les gars, creusez des trous  », sur le ton de l’humour, certes. Mais qui révèle son état d’esprit. Ce dernier se montre favorable à la mise en place de réserves d’eau hivernale « dans une démarche durable et collective », précise-t-il.
Emmanuel Lachaize, secrétaire général de la FDSEA, a rappelé l’importance de l’irrigation sur le département :  « 42 000 hectares sont irrigués. Soit 8 % de la SAU du département. Environ 50 % de l’irrigation concerne les cultures spécialisées ». « Il faut que l’on inverse l’image du stockage de l’eau. Montrer les aspects positifs », ajoute François Girard, responsable environnement de la FDSEA 49. « L’irrigation est un facteur clé de pérennité des élevages et des exploitations céréalières ». Autre sujet qui préoccupe la profession  : la déconnexion aux cours d’eau des réserves déjà existantes. «  On ne voit pas comment répondre à la réglementation  », constate François Girard. Les agriculteurs ont aussi exprimé leur ras-le-bol vis-à-vis de la qualité des cours d’eau. « On nous pointe sans cesse du doigt alors que nous ne sommes pas les seuls responsables de la qualité des cours d’eau », s’agace Jean-Marc Lézé.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 17 novembre 2017

Classer le sanglier en nuisible  ?

La situation n’est plus tenable sur l’explosion des populations de sangliers et des dégâts de gibier. Le constat est partagé par les agriculteurs et le préfet. «  De 2  750 sangliers en 2012-2013, on passe à 4 541 en 2016-2017 », rappelle Sylvain Piet, responsable de la commission chasse de la FDSEA. Pour le préfet, « cela ne peut plus durer, il faut classer  le sanglier en nuisible. » En plus des dégâts sur les cultures, « ils causent des accidents routiers et de train ». Pour le moment, la DDT n’a pas souhaité ce classement. Mais cette position pourrait évoluer. Pour ralentir la pression des populations, 4 points noirs ont été identifiés sur le département  : Sceaux-Feneu, Saint-Georges-sur-Loire, Vezins et Marcé-Jarzé-Durtal. Sur deux territoires (Marcé-Jarzé-Durtal et Sceaux-Feneu), il a été décidé de mener des actions de chasse collective trois jours de suite. Avec ces mesures, « soit la situation change, soit on sera obligé de les classer en nuisible », explique Didier Gérard, directeur de la DDT du Maine-et-Loire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le prix des terres et prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles pour chaque département de la région Pays de la Loire.
Le robot danois qui sème et désherbe tout seul
Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits…
Le Préfet met la pression sur le sanglier
 Le Préfet a réuni le 27 septembre les représentants agricoles et des chasseurs pour faire le point sur le dossier dégâts de…
« Des conditions idéales pour semer »
Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec…
Donner des clés pour s’installer
160 élèves de formation agricole ont arpenté le forum à l'installation, jeudi 14 octobre, au Gaec des Mardreaux au Fief-Sauvin.
Un troupeau plus adapté à la demande
 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités