Aller au contenu principal

Bovins
Un salon pour relancer l’engraissement

Le premier salon de la filière engraissement, Séfi’bov, se tiendra en juin à Angers. Il concerne tout le Grand Ouest.

Les membres du comité de pilotage du futur salon Séfi’bov qui se tiendra les 28 et 29 juin, à Angers.
Les membres du comité de pilotage du futur salon Séfi’bov qui se tiendra les 28 et 29 juin, à Angers.
© AA
Il manquait un salon dédié à l’engraissement. La première région de France de production de viande bovine, les Pays de la Loire, le propose à travers le Séfi’bov, salon de l’élevage et de la filière bovine, qui se tiendra à Angers les 28 et 29 juin prochains. Le projet englobe dans la démarche les autres régions du Grand Ouest, la Bretagne, la Normandie ainsi que le Poitou-Charentes. Cette initiative conjointe de Bovi-Loire, Urca bovins, Coop de France Ouest, la Chambre régionale d’agriculture  et la FRSEA, s’appuie sur un constat : la diminution des volumes alors que le secteur dispose d’importants outils. En cause, le vieillissement des éleveurs, la restructuration des outils, les crises successives, etc. « L’objectif est de maintenir la valeur ajoutée sur le territoire », indique Ludovic Pageaud, du comité de pilotage. L’essentiel étant, dans un premier temps, de maintenir les volumes de production. « Cet événement fort que constitue Séfi’bov vise donc à mobiliser les éleveurs vers une production qui, actuellement, a retrouvé des couleurs et offre de véritables perspectives sur les marchés solvables », indique Guy Hermoët, également du comité de pilotage. La région des Pays de la Loire exporte 70 000 tonnes vers la Grèce, l’Italie, l’Allemagne, etc. Les récentes mesures prises en faveur de l’engraissement participent de cette relance.

Toute la filière impliquée
Comme son nom l’indique, c’est l’ensemble de la filière qui est invitée à s’impliquer dans Séfi’bov. On en trouvera donc tous les échelons, de la production à la consommation, puisque la restauration hors domicile est visée dans la démarche.
Une centaine d’exposants, de l’amont à l’aval, est attendue pour cette première édition, ainsi que tout ce qui touche à l’organi-sation de la filière, groupements de producteurs, associations, coopératives et les métiers de services. Les organisateurs espèrent aussi la venue de nombreux acheteurs, dont des étrangers.
En ce qui concerne les animaux, l’ensemble des races bouchères permettant de produire de la viande (troupeau laitier et troupeau allaitant) sera rassemblé, ainsi qu’une présentation par lots et, pour chaque type et chaque race, le débouché spécifique. Des animations seront programmées autour des bonnes pratiques, des innovations en matière d’élevage… manipu-lation des animaux, démonstration de matériel d’alimentation automatique, classement des carcasses, identification électronique. Sont prévues également des conférences sur les attentes des acheteurs, les nouveaux produits à destination des consommateurs, etc.        
M. L.-R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités