Aller au contenu principal

Un semis de colza qui minimise les risques

A Noyant-Villages, Romain Deslandes exploite seul 150 ha, principalement en grandes cultures. En conversion bio, il a semé son colza en début de semaine.

© AA

La conversion à l’agriculture biologique impose de faire des choix en terme d’assolement et de pratiques. Romain Deslandes a commencé cette conversion il y a 1 an, et entame donc sa deuxième année, en C2.
S’il existe un marché pour le colza bio, et un marché pour le colza conventionnel, « il n’y a pas de marché pour le colza C2. Je dois donc le vendre comme colza conventionnel », détaille le céréalier. Ce dernier est un adepte des techniques culturales simplifiées, ou TCS, depuis son installation. Depuis quelques années, il s’essaie même à l’agriculture de conservation des sols sur certaines parcelles. « C’est une démarche que j’ai entamée il y a 5 ans, où j’essaie de travailler de moins en moins le sol, et de la manière la plus superficielle possible ».

Cependant, sa conversion en bio modifie grandement ses itinéraires techniques, et change la donne par rapport au travail du sol. Le céréalier a pourtant souhaité essayer de continuer à produire du colza, en combinant techniques culturales simplifiées, agriculture biologique et prise de risque minimale. « Dans tous les cas, il me faut un couvert. J’ai donc décidé de semer du colza associé à de la féverole en semis direct avec un semoir avatar. S’il est beau, je le garde, et s’il n’est pas beau, cela m’aura fait un bon couvert pour l’hiver avec la féverole, et je le casserai », détaille Romain Deslandes. La féverole devrait lui apporter une structuration mécanique du sol, une bonne couverture, une quantité d’azote non négligeable et attirera les insectes. Cette dernière a été semée à 85 kg/ha, et le colza à 5 kg/ha. Afin de minimiser les frais, la semence de colza est fermière. L’an dernier, l’expérience s’est avérée concluante sur l’hectare qu’il avait semé, avec un rendement à 17 quintaux. Cette année, ce sont 13 ha qui ont été semés.


La pluie à point nommé
Les pluies de cette semaine sont arrivées à temps, et ont permis de semer relativement tôt. Du côté de Noyant-Villages, près de 15 mm sont tombés de vendredi à mercredi. Pas le plus haut total du département, mais suffisant pour une bonne levée. Cependant, le colza reste encore une question en suspens dans la tête de Romain Deslandes. « Avant, je faisais près de 30 ha de colza. En bio, il y aura un marché, mais à voir comment je peux conduire la culture », témoigne-t-il.
Le colza est, en effet, très sensible aux insectes, comme les altises, qui vont se faire de plus en plus présentes dans nos régions.
Ainsi, avec un IFT de plus de 5,5 en Pays de la Loire certaines années, le colza est relativement gourmand en intrants. « La seule manière de réussir son colza en bio, c’est de le rendre le plus vigoureux possible. Il faut un développement rapide, un apport important en matière organique et de l’eau au moment de la levée. Les plantes compagnes peuvent également être une solution intéressante », énumère le céréalier. De manière générale, le semis direct à l’aide de semences fermières accompagné de plantes compagnes permet de minimiser les risques et les coûts d’implantation, pour une culture en difficulté ces dernières années.
M.M.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités