Aller au contenu principal

Limousines
Un troupeau plus adapté à la demande

 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.

Jérémy Blaiteau, éleveur à Vezins.
© AA

Jérémy Blaiteau fait vêler 60 limousines chaque année. Il vend 10 mâles et 15 femelles prêtes à saillir pour la reproduction. Ce jeune éleveur-sélectionneur doit donc adapter son élevage aux demandes de ses éleveurs acheteurs. Les vaches étaient jusqu’ici plutôt de type “élevage”, avec un développement squelettique important, de grands gabarits.


Des taureaux qui ramènent de la viande
L’éleveur fait évoluer son cheptel vers des animaux au développement musculaire un peu plus important. « Les acheteurs recherchent du mixte viande », indique Jérémy Blaiteau. Il prend cela en compte dans le choix de ses taureaux, qui ont la particularité d’être tous achetés en copropriété avec l’EARL Lemesle et Le Gaec de la Martinière. Sont privilégiés les index de viande, facilité de naissance, finesse d’os...


Des vaches valorisées en Label Rouge
Les mâles non sélectionnés pour la reproduction sont,  quant à eux, vendus à Bovinéo une fois engraissés. Et les vaches sont vendues en Label Rouge Boeuf fermier de Vendée, « avec une valorisation de 50 centimes du kilo en plus par rapport au prix du marché », souligne Jérémy Blaiteau. Entre 3 et 4 vaches sont vendues en vente directe.
Le Label Rouge impose dans son cahier des charges des vaches de 8 ans maximum. Là encore, l’élevage doit s’adapter et l’éleveur se donne pour objectif de rajeunir le troupeau en augmentant le taux de renouvellement. Ce taux n’était que de 19 % en 2021 (27 % en 2020 et 25 % en 2019). « Nous conseillons un taux de 30 -35 % », note Manon Lherm, conseillère viande Seenovia. Cet objectif de rajeunissement n’est cependant pas toujours facile à concilier avec les objectifs de sélection, qui veulent que l’on garde sur l’élevage les femelles aux index les plus intéressants.
S.H.

L’exploitation
-  2 UTH : l’éleveur et un salarié
- 108 ha
- 60 vêlages limousins naisseur-engraisseur
- Atelier porc naisseur-engraisseur (130 truies).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le prix des terres et prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles pour chaque département de la région Pays de la Loire.
Le robot danois qui sème et désherbe tout seul
Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits…
Le Préfet met la pression sur le sanglier
 Le Préfet a réuni le 27 septembre les représentants agricoles et des chasseurs pour faire le point sur le dossier dégâts de…
« Des conditions idéales pour semer »
Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec…
Donner des clés pour s’installer
160 élèves de formation agricole ont arpenté le forum à l'installation, jeudi 14 octobre, au Gaec des Mardreaux au Fief-Sauvin.
Un troupeau plus adapté à la demande
 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités