Aller au contenu principal

Un verger entre le conventionnel et le bio

A Etriché, le verger de la SCA de Launay est labellisé verger écoresponsable. Dans le Maine-et-Loire, 94 producteurs suivent cette démarche donnant la priorité aux méthodes écologiquement sûres.

François Richard est arboriculteur à Etriché et il lui tient à cœur de réduire, dès qu’il le peut, l’usage de produits phytosanitaires.
François Richard est arboriculteur à Etriché et il lui tient à cœur de réduire, dès qu’il le peut, l’usage de produits phytosanitaires.
© AA

«Avoir une empreinte humaine la plus faible possible. » L’arboriculteur, François Richard, de la SCA de Launay travaille dans cette logique dans la conduite de son verger. Il a le label écoresponsable. Une voie entre le conventionnel et le bio. « Dans cette démarche, les arboriculteurs utilisent à la fois des méthodes agréées en agriculture biologique mais ne s’interdisent pas l’utilisation de produits phytosanitaires », précise Sandrine Gaborieau, responsable marketing et communication pour les vergers écoresponsables. Dans le Maine-et-Loire, 94 producteurs suivent cette démarche.
Parmi les méthodes utilisées, la confusion sexuelle. En ce moment, jusqu’à la mi-mai, le verger d’étriché pose des diffuseurs de phéromones dans les pommiers pour lutter contre les carpocapses et plusieurs types de tordeuses. « C’est la première fois que nous utilisons cette double confusion sexuelle. » D’habitude, les diffuseurs ne luttent que contre la reproduction des carpocapses. « Mais l’an dernier, le verger comptait 10 à 20 % de dégâts à cause de tordeuses. » Ce procédé de biocontrôle permet de limiter l’intervention chimique. Mais il demeure plus coûteux.
« Entre la pose et l’achat des diffuseurs, il faut compter environ 340 euros par hectare. » Les diffuseurs sont installés « tous les 3 pieds et demi.» Soit 1 000 par hectare. Le temps de pose ? 5 ou 6 heures par hectare. Il ne se substitue pas totalement au passage d’insecticides. « Cela dépend des années. »
« On ne traite pas avec plaisir », souligne le pomiculteur. Pour réduire l’usage de produits phytosanitaires, François Richard utilise « des matières actives plus ciblées sur les ravageurs. »
Les outils d’aide à la décision permettent aussi de réduire les interventions.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 6 mai 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités