Aller au contenu principal

Sival 2022
Une édition 2022 sous le signe de la souveraineté alimentaire

Le Sival, qui s’est déroulé cette semaine au parc des expositions d’Angers, était bien entendu le salon des retrouvailles pour les filières végétales, après deux ans d’absence, mais l’ambiance était marquée par la crise ukrainienne, et la flambée des énergies qui pénalise lourdement ces filières.

« On a atteint un degré de gravité qui remet la question de la souveraineté alimentaire et énergétique sur le devant de la scène », a souligné la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.
© AA

Lors de la conférence de presse donnée le jour de l’ouverture du Sival par la FNSEA et ses associations spécialisées fruits, légumes et horticulture, l’inquiétude était palpable. « Aujourd’hui je suis très inquiet », lançait d’emblée le président de Légumes de France, Jacques Rouchaussé. + 200 % sur les engrais, + 200 % sur les plastiques, + 1 000 % sur le gaz, les producteurs sous serres chauffées, dont 80 % sont chauffées au gaz, sont en train de payer un lourd tribut à la guerre en Ukraine. Un tribut que les maraîchers serristes évaluent à 400 millions d’euros rien que pour les filières tomates et concombre pour l’année 2022. « On ne sait pas si on va pouvoir continuer à mettre en cultures demain », indiquait Cyril Pogu, vice-président de Légumes de France et maraîcher à Pont-Saint-Martin (44), pointant que « des faillites en cascades sont possibles ».
Pour s’en sortir, la grande distribution va devoir payer plus cher l’origine France. « C’est 60 centimes du kilo en plus pour la tomate qu’il faut » expose Jacques Rouchaussé. Des propos assumés par la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert : « longtemps, certains ont cru que les rayons du grand supermarché mondial seraient toujours pleins, mais on a atteint un degré de gravité qui remet la question de la souveraineté alimentaire et énergétique sur le devant de la scène » et de poursuivre : « donc oui, osons le dire, il y aura des hausses de prix. On peut appeler ça un effort de guerre. Le mot n’est pas trop fort pour soutenir l’agriculture française ! ».


Le “quoi qu’il en coûte” de l’agriculture
Si le consommateur va donc être invité à mettre la main au portefeuille, la FNSEA et ses associations spécialisées attendent aussi un soutien fort de l’État, car « le consommateur ne vas pas pouvoir assumer seul ». Ainsi, Christiane Lambert a évoqué un « chèque énergies agricoles » ainsi qu’un « chèque alimentation animale ». Des annonces du Premier
ministre étaient attendues en ce sens ce mercredi.
Mais dans ce “quoi qu’il en coûte” agricole, les producteurs des filières végétales spécialisées attendent aussi des avancées sur les questions normatives. « Qu’on arrête de nous emmerder ! », résumait de manière triviale Jacques Rouchaussé. Des propos explicités par la présidente de la FNPFruits, Françoise Roch : « risques climatiques, nouveaux parasites, suppressions de molécules, risques sur nos marchés, sur nos appros, fin des plastiques, plus on avance, moins on a de visibilité. Et à une époque où la souveraineté alimentaire revient à la mode, n’oublions pas que le premier gaspillage alimentaire se passe dans nos vergers, à travers les volumes que nous ne produisons pas ».
A.Fruchet

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois