Aller au contenu principal

Viticulture
Une forte demande en rosés

La coopérative des Caves de la Loire tenait son assemblée générale, jeudi 26 mars, à Saulgé-l’Hôpital.

Michel Blet, président et Jean-Michel Mignot, directeur général des Caves de la Loire. En bouteille ou en bib, les rosés sont le fer de lance commercial de la coopérative.
Michel Blet, président et Jean-Michel Mignot, directeur général des Caves de la Loire. En bouteille ou en bib, les rosés sont le fer de lance commercial de la coopérative.
© Anjou agricole

Moins 13 % de récolte en 2007, mais des ventes maintenues à un niveau quasiment supérieur à celle de l’année précédente : les Caves de la Loire, à Brissac, ont dû composer en 2007-2008 avec un millésime de belle qualité mais qui péchait par la faiblesse de ses volumes. 95 000 hectolitres ont été vinifiés. Pour maintenir l’activité commerciale, en particulier sur les rosés, production phare de la Cave, et répondre à une demande toujours plus importante, il a fallu déstocker pour pallier à cette petite récolte, qui succédait à une année 2006 déjà déficitaire. « 15 000 hectos de plus auraient été vendus sans problème », fait remarquer Gérard Mérand, responsable commercial. Au final, les ventes ont quand même augmenté de 1,2 %, passant de 102 600 hectolitres sur 2006-2007 à 103 800 hectolitres sur 2007-2008. « Nous avons produit moins de rouges et moins de rosés de Loire pour privilégier le rosé d’Anjou et le cabernet d’Anjou. Les volumes d’Anjou blanc, qui sont notre variable d’ajustement, ont diminué de 62 % ».
Au moment où la Commission européenne envisage d’autoriser la production de rosé par assemblage de vins rouges et blancs, les Caves de la Loire sont déterminées à se battre pour conserver des vins de qualité et privilégier la vente en bouteille avec marque, ou encore la vente en bib, en forte croissance de 20 à 25 % par an.

Incitation à la vigilance
Nous nous situons sur le créneau des appellations », relativise Jean-Michel Mignot, directeur général. Il n’empêche que ces perspectives, ajoutées à la crise économique, incitent à la vigilance. La faible récolte et l’augmentation des charges ont amené la Cave à augmenter ses tarifs. Un cabernet en GMS se vend 3,10 à 3,20 € aujourd’hui contre 2,75 € l’an dernier. « Nous craignons que les consommateurs ne suivent pas toutes ces augmentations qui arrivent aujourd’hui sur les gondoles »,
s’inquiète Gérard Mérand. Les ventes à l’export, qui représentent 15 % des débouchés, avec la Belgique comme destination première, ont baissé faute de disponibilités en rosés et certains marchés font les frais de la crise. La rémunération des 220 vignerons apporteurs s’élève à 7 038 000 € au titre de la récolte 2007. Elle accuse une baisse de 400 000 €.
Quant à la campagne 2008 qui débute, marquée par une chute de récolte, elle s’annonce bien délicate à manœuvrer : « Notre principal travail consiste au-jourd’hui à assister nos clients pour les rassurer », souligne Gérard Mérand.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités