Aller au contenu principal

Une gestion unique de l’eau pour le bassin de l’Oudon

Au 1er janvier 2018, les 3 syndicats historiques du bassin de l’Oudon ont fusionné en une seule entité : le “Bassin de l’Oudon”.

Le Syndicat du bassin de l’Oudon : collectivités adhérentes et territoire d’intervention au 1er janvier 2018.
Le Syndicat du bassin de l’Oudon : collectivités adhérentes et territoire d’intervention au 1er janvier 2018.
© AA

« Le service restera le même », affirme Joël Roncin, président de l’ex-Syndicat de bassin de l’Oudon Sud (Sbos). Par cette introduction, les élus veulent signifier que la fusion des 3 syndicats historiques (Sbos, Syndicat de bassin pour l’aménagement de la rivière l’Oudon (Sbon) et Syndicat du bassin de l’Oudon pour la lutte contre les inondations et les pollutions (Symbolip)), liés à la gestion de l’eau dans le bassin de l’Oudon, n’affectera pas les utilisateurs.
« Le Symbolip était une démarche commune, axée sur les inondations et les pollutions, qui fonctionnait, analyse Régine Tieleguine, anciennement directrice du Symbolip et directrice du Syndicat du bassin de l’Oudon. Le but est de continuer dans ce sens, en y intégrant la gestion des milieux aquatiques ». La fusion a pris effet au 1er janvier 2018, et a donné naissance à une collectivité unique pour l’aménagement et la gestion des eaux sur le bassin versant de l’Oudon, communément appelée le Bassin de l’Oudon.

Une organisation simplifiée
Cette fusion s’est concrétisée après 2 ans de réflexion initiés par la loi Notre, « qui a imposé aux communautés de communes de prendre la compétence de la gestion des milieux aquatiques et des inondations, autrefois gérée par les communes, explique Régine Tieleguine. Les communautés de communes avaient donc 2 choix : soit exercer elles-mêmes la compétence, soit la transférer à un syndicat. Sur le bassin de l’Oudon, des syndicats occupaient déjà cette fonction. Pour éviter que les communautés de communes ne doivent adhérer à plusieurs syndicats, il a été décidé qu’un syndicat unique gérerait l’ensemble du bassin versant ». Sur le bassin de l’Oudon, 7 communautés de communes sont donc membres du syndicat. « Le but était de continuer à travailler à l’échelle hydrographique d’un bassin versant... qui ne correspond jamais à l’échelle administrative, souligne Louis Michel, ancien président du Sbon et président de la Commission locale de l’eau. Les problèmes de gestion de l’eau et de pollutions se gèrent entre l’amont et l’aval, et non entre des découpages territoriaux. Pour rester efficace, il fallait penser global. Et puis on avait l’habitude d’échanger entre syndicats : travailler ensemble est donc venu naturellement. Le bassin était en avance sur les problématiques de gestion des inondations et de pollutions, la fusion va permettre de conforter cette avance ».

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 12 janvier 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités