Aller au contenu principal

Interview
Une journée de réflexion pour toute la filière bovine

Michel Brossier, président de la commission viande à la Chambre d’agriculture.

Michel Brossier : « Il est important d’examiner les enjeux devant 
lesquels se trouve la viande bovine. »
Michel Brossier : « Il est important d’examiner les enjeux devant
lesquels se trouve la viande bovine. »
© AA

Le 18 décembre prochain sera organisée une journée filière viande bovine (voir ci-dessous). C’est une première du genre. Pourquoi ?
Michel Brossier :
la hausse des charges, la dérégulation des marchés, la morosité ambiante, la mauvaise répartition des marges sont autant d’éléments que tout le monde constate. Il semble donc important, dans ce contexte, de prendre le temps de se poser ne serait-ce que pour examiner les enjeux devant lesquels se trouve la viande bovine : au niveau international, ce sont les négociations de l’OMC ; au niveau européen, la révision de la Pac ; au niveau français, les mesures environnementales croissantes. Je pense qu’il est indispensable de prendre du recul et ainsi de pouvoir amorcer des pistes de travail et de réflexion. C’est là l’objectif de cette journée.

Ces pistes de réflexion, vers quoi peuvent-elles s’orienter ?
M. B. : Il y a plusieurs axes. Par exemple, s’interroger sur les types d’exploitation qui, demain, seront économiquement viables du point de vue de la surface ou des moyens de production, tout en maintenant notre objectif d’exploitation à dimension humaine.
Autres exemples de réflexion : quels produits pour quelle consommation demain ? Quelles relations avec les entreprises de transformations et de distribution ? Comment aller vers une plus large et nécessaire contractualisation de notre production ? Ce sont des réflexions à mener avec l’ensemble de la filière.
Vous estimez que la viande bovine a mauvaise presse auprès du consommateur ?
M. B. : Les produits carnés en général, et la viande bovine aussi, sont très controversés par certains qui critiquent l’espace occupé ou le bilan carbone. Ce sont vraiment des arguments simplistes car c’est trop vite oublier le tissu territorial, humain, environnemental créé en réalité par l’élevage.

Qui peut participer à cette journée ?
M. B. : Cette journée s’adresse à tous les éleveurs, quels que soient leur âge, leur tendance, leur système. Notre objectif est d'échanger entre éleveurs. Ces réflexions sont très importantes pour nous respon-
sables : en effet elles nous aident à orienter nos recherches expérimentales (ferme de Thorigné) mais aussi à réfléchir aux nouvelles offres de services qui correspondront aux types d'exploitation de demain.

êtes-vous confiant, malgré la crise qui frappe le secteur de la viande bovine depuis plusieurs années ?
M. B. : Je reste confiant, mais lucide. On ne fera pas l’économie d’une adaptation. Mais je pense que le plus grand danger qui guette nos exploitations, ce ne sont pas les contraintes environnementales, car nos exploitations sont dans cette logique. Le plus difficile reste l’économie. Ce secteur est en crise à répétition depuis plus de dix ans ; les quelques bonnes années éparpillées au travers n’ont pas suffi à équilibrer l’ensemble. Avec des capitaux lourds et une rotation lente, les éleveurs ont besoin de visibilité à moyen et long terme.

Et pour l’installation ?
M. B. : Pour garder une dynamique d'installation, dans le cadre familial ou hors cadre familial, il nous faudra être encore plus imaginatif pour transmettre nos exploitations et faciliter l'accès de nos capitaux d'exploitation de plus en plus importants.

Propos recueillis par m. l.-r.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités